Surf - La Française décroche la 5e place au Surf Ranch

- @oceansurfreport -
WSL

La Française Johanne Defay a décroché une jolie 5e place à la dernière étape du tour mondial féminin. Pour la première fois le CT connaissait une étape mondiale sur une vague artificielle, celle de Kelly Slater à Lemoore en Californie. Avec ses deux plus belles vagues, elle se classe juste à coté du carré final derrière l'Australienne Sally Fitzgibbons. En tête de liste, l'Hawaiienne Carissa Moore remporte l'étape avec 17.80 pts.


Du côté des hommes on s'y attendait, on retrouve deux brésiliens sur le podium. Même si Felipe Toledo partait aussi favori de cette étape au Surf Ranch, c'est finalement Gabriel Medina qui monte sur la première marche du podium avec 17.86 de total. En 3e place : le maître des lieux
Kelly Slater. Les Français Jérémy Florès, Michel Bourez et Joan Duru n'ont malheureusement pas passé les qualifications et se sont classés 13e ex aequo.

Au classement général Johanne grimpe de deux places et est aujourd'hui 6e mondiale, Bourez est 10e, Florès 13e et Duru 34e. 

Résultats du Surf Ranch Pro

Messieurs
1 - Gabriel Medina (BRA) 17.86
2 - Filipe Toledo (BRA) 17.03
3 - Kelly Slater (USA) 16.27
4 - Kanoa Igarashi (JPN) 15.77
5 - Owen Wright (AUS) 15.40
6 - Julian Wilson (AUS) 15.37
7 - Sebastian Zietz (HAW) 15.07
8 - Miguel Pupo (BRE) 12.96
13 - Michel Bourez (PYF)
13 - Jérémy Florès (France)
13 - Joan Duru (France)

Femmes
1 - Carissa Moore (HAW) 17.80
2 - Stephanie Gilmore (AUS) 16.70
3 - Lakey Peterson (USA) 16.57
4 - Caroline Marks (USA) 14.77
6 - Johanne Defay (France)
   
Mots clés : | Ce contenu a été lu 3920 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 04/12/2020
"Cela n'arrive pas souvent, mais quand tout s'aligne [...] nos beachbreaks font partie des meilleurs au monde."
Région | Le 04/12/2020
Considéré comme un des meilleurs surfeurs de son pays, l'Irlandais défend une dimension écologique de son sport.
XXL | Le 04/12/2020
La première houle de la saison a réveillé l'archipel hawaïen. À Peahi, c'était gros, très gros.