Surf - Somewhere in Java by Olivier et Cédric

- @oceansurfreport -
Java, Indonésie (19/01/11) - La chaleur et les cigarettes au clou de girofle nous envahissent l'esprit, l'atmosphère et l'ambiance mystique de par les prières, nous plongent dans un autre monde, celui du surf trip, pas de doute, nous sommes bien à Java.   Java L'île s'étire d'est en ouest, pour une superficie de plus de 139 000 km². La capitale de l'Indonésie, Jakarta est située au nord ouest. C'est l'île la plus peuplée de l'Indonésie, avec tout de même 127 millions d'habitants, imaginez un peu le monde sur la route ! Cette île est principalement musulmane, mais toutes les religions s'y côtoient. L'Islam javanais est par nature un mélange d'influences, c'est-à-dire teinté de croyances hindo-bouddhistes. C'est un peuple ouvert aux hommes et à toutes leurs croyances. Quel exemple à avoir en Occident.   Vision de rêve javanais !! Hostilités Voiture de location dans les mains, carte et boussole, nous traçons sans perdre de temps vers notre premier point de chute, mais la circulation infernale nous freine dans nos ardeurs, plus de 2h pour faire pas moins de 20 km. Classique dans l'un des pays les plus peuplés du monde, avec une infrastructure routière qui peine à se développer.   Nous décidons de parcourir le bord de mer, entrecoupé de montagnes et de volcans, pour surfer quelques gauches dont le nom révèle l'exotisme pur que nous sommes venus chercher ici, malgré les heures de route, nous arrivons sur ce spot,  personne à l'eau, 1m20, offshore, ça débute bien. Nous logeons dans un « losmen » non loin de là et gérons avec le patron du coin, un trajet au petit matin, vers un spot qui n'est accessible qu'en bateau. Le crew...ambiance !! Trajet agréable, on est en plein rêve, la côté découpée et verdoyante nous rappelle ces images de spots perdus dans ces îles, mais pas de belles lignes à l'horizon,  tant pis, pas assez de houle, nous faisons un petit tour de la baie, quant tout à coup, un cri sort du bateau, tout le monde tourne la tête, une gauche, ouverte comme jamais déroule bien le long de la falaise couverte de Keruing, l'arbre dominant sur l'île, , « Adyo », le capitaine, comprend de suite et nous amène au peak. c'est la folie générale, tout s'accélère dans le bateau, les crèmes, les palmes, les boards sont jetées par-dessus bord, rien ne peut freiner notre motivation. La session dure des heures sous le soleil qui nous promet de belles couleurs crustacés. Des pêcheurs présents nous font signe de les rejoindre, on comprend que c'est pour partager avec eux du « Mahi-Mahi » frais, avec ce cadre, loin de tout, c'est incroyable. Nous restons sur le bord de la falaise, à admirer ce cadre et ces vagues vierges, au milieu de ces gens qui ne comprennent pas notre langue et avec qui nous partageons bien plus que du poisson.   La journée se finit autour d'un verre et d'une partie de carte, il n'y a rien à faire ici et l'on s'occupe comme on peut, les geckos bercent notre nuit et rythment nos futures sessions.   Une nouvelle journée commence, du monde à l'eau (enfin, 4 surfeurs), on décide de repartir sur le spot de la veille, cette vague nous a tellement fait rêver?  paquetage complet, départ immédiat.   No photoshop et perfect tubes.... Une gauche bien gnarluque... L'arrivée par l'arrière du peak, laisse entrevoir des sets de plus de 2m, lèvre frisante à cause de l'offshore qui décornerait les boeufs, c'est énorme, les barrels sont dingues et toujours personne à l'eau. C'est incroyable, c'est l'image que l'on miroite tout l'hiver quand on attend le swell, belle vague, barrel, décor de rêve, on y est. Cette vague est incroyablement rapide, le tube s'ouvre comme jamais, la vision quand l'on remonte au peak est incroyable, on se plaît à retarder le canard au point break, juste pour admirer la lèvre qui nous casse au dessus. Je cherche encore mes mots dans l'eau pour essayer de décrire ces sensations qui m'envahissent. Essayer de traduire ce que l'on ressent dans de telles situations est alors obsolète, nos regards se croisent, celà suffit pour se comprendre.   Nous surfons d'autres spots, mais nous resterons dans la région où nous avons surfé pur la première fois, pas de monde, paysages époustouflants, bref, c'est notre idée du voyage. Nous logeons chez une famille d'agriculteurs, ils nous laissent leur petite habitation en face de la mer, eux logerons dans la case qui leur sert de garde manger. Nous sommes gênés de les déloger, mais ils insistent lourdement. Les journées passent, mêlant journée de surf, pêche hasardeuse à la bouteille (pendant que les pêcheurs se moquent de nous).   Et la surprise arriva !! nous avions repéré une droite, dans le secteur, qui ne semblait pas fonctionner, mais suite à une mise à l'eau « pour le délire », la vague se révèle être une tendue, elle est courte, mais intense, un beau barrel ouvre, quelques gauches de temps en temps et la dalle qui semble nous narguer à chaque passage de barrel?. C'est irréel, on se croirait en plein rêve, des cris de joie sont entendus jusqu'à la rive à chaque tube sorti. On ne pensait pas surfer de droite et voila que nous en surfons une et qu'elle se révèle incroyable. Chaque take-of semble être un rêve, que rien n'y personne ne pourrait gacher. Les séquences shooting aqua s'enchainent, la vague s'y prête à merveille. Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, au retour de la session, des pêcheurs nous interpellent, on traduit tant bien que mal en Sundanese (l'anglais n'étant pas parlé dans ce village) qu'ils n'avaient jamais vu personne surfer cette vague, apparemment, nous avions des conditions très rares, qu'elle chance, cette vague marchera 3 jours de suite, puis, plus rien. Comme nous n'avons aucune information sur ce peak, nous décidons de la nommer « Ombak Milouna », le trip surf poussé à son paroxysme. Il se peut que ce nom de spot ne restera pas, mais il aura fait notre bonheur dans ces eaux. Rêve ou réalité ?? Mais ce que nous redoutions tant est arrivé : la mousson. Les journées sont maintenant rythmées par la pluie et l'orage, parfois extrêmement violent, dès 17h et jusqu'à 7h du matin, mais c'est là une bonne occasion de profiter de l'offshore. Le spot principal marche à merveille, c'est gros et bien rond, environ 6 à l'eau, les vagues tournent avec un rythme effréné, grâce à la fréquence qui est réglée comme une horloge,  celà restera comme ça toute la journée. L'ambiance est incroyable, tout le monde a le sourire, et les pauses entre session et nasi-goreng s'enchainent sur le bord de la plage. Mais cette maudite saison humide arrive à grands pas et nous oblige à terminer le trip, les sessions sont plus rares, le vent hésitant. Mais cela aura été quand même intense.   C'est incroyable comme les gens de cette partie de Java sont aimables, la main sur le coeur, ils se mettent en quatre pour vous satisfaire, nous avons tellement à apprendre de ces gens, ils n'ont presque rien et vous donneraient tout. Quel exemple d'humilité. Plus lisse que çà, ce n'est pas possible !! On peut dire que ce trip fut une immersion dans ce que l'on retrouve de meilleur en Indonésie, c'est-à-dire, des spots déserts, des gens admirablement serviables,  aimables, loyaux, des vagues qui nous transportent dans un autre monde et j'en passe? J'espère que ce récit aura la portée espérée, car le lire est une chose, le vivre en est une autre. Oubliez les thérapies, le stress ; ouvrez vous l'esprit car ici, la vraie vie est reine et vous pousse à l'apprécier.   Texte by : Olivier - Cédric Crédits Photos : Olivier - Cédric   Plus d'informations : Site d'Olivier Blaschek : http://taosurf.over-blog.com/pages/Somewhere_in_Indo-4368212.html site de cedric Demeautis : http://www.glissinmed.com/rubrique,somewhere-in-java,583646.html       Powered by Jeff
Mots clés : somewhere, in, java, by, olivier, cedric | Ce contenu a été lu 1623 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Région | Le 15/02/2017
Quelque part sur la côte Atlantique
Surf | Le 15/07/2016
Somewhere in Africa Part II
Surf | Le 20/01/2016
Somewhere In Africa
Jeu Concours
OCEAN & EARTH
Remportez une planche EZY Ocean & Earth !