Surf - Le penchant asymétrique de William Aliotti

"L'asymétrique, c'est que de la surprise. Et le but, c'est de l'anticiper, cette surprise. "

- @oceansurfreport -

Si Ryan Lovelace a longtemps été ennuyé par les conceptions communes de planches, tout comme la manière normalisée de les surfer, il a trouvé chez William Aliotti le client idéal. Doté d'une large ouverture d'esprit dans le domaine du shape, le surfeur originaire de Saint-Martin a même testé les limites d'un Twin conçu par le shaper californien dans un Desert Point sous stéroïde, témoignant d'une facilité déconcertante. Cette fois, c'est un tout nouveau prototype de planche que Ryan a confié à William : le Rabbit Foot. Un finless asymétrique, façonné spécialement pour le goofy-footer, qu'il a pu essayé le week-end dernier dans les Landes.

Surf Report : C'est la première fois que tu surfais ce finless asymétrique ?

William Aliotti : Non je l'avais déjà surfé mais dans des conditions loin d'être parfaites. Le week-end dernier, c'était pas mal avec de jolies vagues creuses et un vent offshore. C'est l'idéal pour l'utiliser : des vagues creuses et rapides. Les sections plates, la planche n'aime pas ça et elle chasse. Il faut rester dans le cœur de la vague pour avoir constamment un rail dans l'eau.

Comment cette relation a-t-elle commencé avec Ryan Lovelace ?

J'étais en Californie en janvier dernier pour récupérer mon quiver de l'année chez Stretch Boards et je l'ai rencontré en par la suite grâce à mon filmmaker, Manuel Claudeville-Morell. Il m'a d'abord shapé un twin incroyable, et on s'est dit que la prochaine étape était le finless asymétrique. Les planches de Ryan, c'est de la folie.

La machine de guerre.
Quelles sont les caractéristiques de ce modèle ?

Je ne sais même pas, il n'y a rien écrit de dessus ! C'est le "Rabbit Foot", un modèle prototype qu'il fera pour tout le monde. La seule différence, c'est suivant ton stall, le côté "coin de lune" sera orienté différemment.

As-tu eu des retours de Ryan suite à ta dernière vidéo ?

Oui, il disait qu'il n'avait jamais vu quelqu'un partir backside, car ce sont des boards conçues pour être surfer uniquement frontside. Il était assez étonné !

Quelles ont été tes premières impressions ?

Finalement, au niveau de la glisse, c'est un peu comme le snowboard avec des passages "rail to rail". Il faut vraiment savoir se déhancher pour la maîtriser. J'avais mal partout après l'avoir utilisé, car on travaille beaucoup son gainage et on sollicite des muscles différents que lorsqu'on surfe sur un modèle classique. C'est aussi ça qui est très intéressant.

Y a-t-il un endroit où tu souhaiterais l'emmener ?

Le but c'est de l'emmener dans des vraies vagues, pour voir comment elle réagit. Pourquoi pas à Quemao, selon les conditions.

Et avoir de bonnes surprises, comme à Desert Point ?

Exactement.

Quelles en sont ses limites ?

Si on perturbe, même légèrement, la trajectoire du rail, que l'on prend un coup de lèvre ou un bout de clapot, c'est fini. C'est difficile à manœuvrer mais c'est ça qui est intéressant. Le plus dur, c'est d'anticiper. Ça m'a pris quelques jours avant de comprendre la glisse et d'avoir des idées. L'asymétrique, c'est que de la surprise. Et le but, c'est de l'anticiper, cette surprise. 

    
Mots clés : william aliotti, ryan lovelace, finless | Ce contenu a été lu 2227 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Contests | Le 24/10/2019
Au vu de leur potentiel, l'un d'entre eux pourrait bien triompher.
Surf | Le 17/09/2019
Le free-surfeur français prouve que le twin n'est pas uniquement destiné aux petites vagues.