Autres - DAZ, réalisateur de films de surf

- @oceansurfreport -
- Présentes toi en quelques lignes? - Je m'appelle Nicolas Dazet, j'ai 36 ans et je réside à Hossegor. Cela fait maintenant un peu plus de de dix ans que je réalise des films de surf, auparavant j'ai longtemps travillé dans le business de la glisse au marketing et dans l'évènementiel (Arnette, Volcom, Glissexpo Festival, Air & Tube Show, Quik Cup, etc...) - Racontes nous ton job et ta boite? - J'ai créé ma boite de prod, CONCRETE entertainment, il y a une dizaine d'année alors que je sortais mon premier film en autodidacte: Fightoony. Après avoir bossé longtemps pour les autres, je trouvais stimulant de faire un job qui allie mes deux passions le surf et l'image. Et puis c'est un train de vie qui permet d'échapper à la monotonie et qui fait beaucoup voyager (ce qui malgré des apparences de rêves, n'a pas que des bons côtés!) - Racontes nous par exemple ton année 2009 en quelques lignes? - Ma saison 2009: je crois que ça a été l'année la plus intense au niveau du job. C'était la troisième année d'affilée que je suivais le WCT à plein temps et j'ai eu une grosse actualité au niveau professionnel entre la sortie du film avec Kelly Slater Cloud9, la série Euroforce (avec non plus 4 mais 7 européens à suivre!), le film des 20 ans du Rock Food avec Roland et tout le travail avec le team Quiksilver. - Tu bosses pour qui? - Aujourd'hui j'ai la chance de travailler étroitement avec Quiksilver qui me font confiance depuis de nombreuses années. Ce sont les seuls aujourd'hui en Europe qui ont les moyens et l'ambition de développer des programmes de qualité sur les meilleurs surfeurs européens comme Jeremy Flores, Miky Picon, Aritz Aranburu ou Alain Riou. Travailler avec eux me permet de voyager avec Kelly Slater ou Dane Reynolds, ce qui, à mes yeux, est un privilège ultime quand tu fais ce métier. - Ton tournage le plus accompli? - Je suis très attaché à tous les films sur lesquels j'ai pu travaillés car chacun a son histoire et ses rencontres, mais d'un point de vue qualitatif, je suis assez content du film Cloud9 sur le 9ème titre de Kelly Slater, tout d'abord parce que ce fut un projet sur deux ans et puis c'était pas gagné d'avance de convaincre tout le monde que ça allait être un petit français sorti de nulle part qui allait réaliser le docu de son 9ème titre! Depuis que je filme, j'ai eu la chance de rencontrer et travailler avec les mecs que j'avais en poster dans ma chambre quand j'étais gamin comme Pottz, Tom Curren ou Kelly... quand j'y pense avec du recul, je me dis que c'est vraiment le grand kiff!!! - Parles nous des prods que tu as réalisé? - J'ai sorti une douzaine de films depuis Fightoony en 2001, de toute ma prod je retiendrais : - Fightoony: parce que c'était le premier, parce que je n'y connaissais rien au fiming ni au montage et encore moins à la production. Ce sont vraiment les surfeurs eux-même qui m'ont mis derrière la caméra (Miky, Fredo, Laurent Pujol, Sancho, etc...) ils se sont tous vachement impliqué dans ce film car c'était la première fois qu'il y avait une vidéo de ce genre en France. - Catalyst: la vidéo du team Gotcha Europe sortie en 2004: c'était l'époque où Martin Potter habitait à Anglet et où Malik Joyeux venait de prendre sa bombe à Teahupoo, intense souvenir. Malik passait beaucoup de temps à la maison quand il était en France. Il est toujours très présent dans nos coeur. - Une saison de rêve: Quelques jours avant le début de la saison 2007, Quiksilver m'appelle et me dit" on va faire une série sur Jeremy pour sa première saison sur le Tour, elle sera présentée par Bixente Lizarazu, elle va passer sur Canal+ et ... c'est toi qui t'y colle..". C'est un peu simplifié mais ça s'est passé comme ça! Super expérience pour Vincent Kardasik et moi, mais très éprouvante, on a découvert le format TV et puis on avait une histoire à raconter. Je ne remercierais jamais assez Jeremy d'avoir fait cette saison incroyable, sinon je pense qu'on aurait pas eu le même succès! - Tu était DJ auparavant? - Effectivement j'ai été DJ depuis ma période étudiante, c'était pour moi une façon d'exprimer ma passion pour la musique et de partager des choses avec les gens que tu fais dancer. J'ai beaucoup été influencé par Manu+ de Lacanau qui pour moi reste un des meilleurs DJ méconnus à ce jour! Le fait de travailler dans la glisse m'a permis de jouer dans des soirées très cools un peu partout dans le monde, supers souvenirs; malheureusement je n'ai plus vraiment le temps pour ça mais je continue à acheter beaucoup de musique. - Le producteur d'image de surf qui t'inspire le plus? - En terme de business, je respecte beaucoup le modèle de business de Taylor Steele, il a commencé avec un crew de surfeurs et a su évoluer avec eux avec réussite. Même si je ne suis pas fan de ses films, je pense qu'il a ouvert une voie et une façon de travailler dans ce domaine. Sinon gamin j'étais très influencé par Freeride et les films des Mc Coy de l'époque Billabong (quand je revois les films avec du recul je me dis qu'ils étaient bien perchés à ce moment là!!). Aujourd'hui, je suis très impressionné par le travail de jeunes réalisateurs comme Vincent Kardasik dont les connaissances et les compétences techniques m'impressionnent chaque jour. C'est très stimulant de voir enfin le niveau des filmeurs/réalisateurs monter en Europe. - Un épisode de l'Euroforce c'est combien de temps de travail? - Un épisode d'Euroforce , c'est en gros 15 jours de filming (le temps de la waiting period de chaque contest) puis entre 5 et 10 jours de montage pour que les épisodes soient en ligne au plus vite. Je me suis retrouvé plus d'une fois en train de finir des montages dans les avions pour pouvoir les mettre en ligne à mon arrivée! - Tu a le temps de surfer lors de tout ces périples? - Cette année avec tous ces surfeurs à shooter, c'était pas évident de trouver du temps pour surfer, mais certaines destinations s'y pretent plus que d'autres comme la Goldcoast par exemple. Sinon en général, là où je surfe le plus c'est devant chez moi à Hossegor! - Les surfeurs pro jouent le jeux lors des tournages ou ils sont casse pied? - Chaque surfeur a sa personnalité et c'est parfois pas évident de comprendre ce qu'il veut. C'est vrai que certains surfeurs sont plus à l'aise en interview que d'autres, mais globalement j'ai la chance de bosser avec des mecs avec qui je m'entends bien, donc au final on se marre bien! - Des images que tu as tourné qui te donnent le frisson? - La dernière session que j'ai en mémoire qui m'a donnée des frissons c'est cette session qu'on a eu en Polynésie française sur une droite hallucinante avec juste Kelly, Sancho et Manoa Drollet à l'eau. Cette marche très rarement et avait été surfée souvent par Malik Joyeux, ce jour-là les vagues étaient absolument dingues et tout le monde était sur un nuage, on a tous eu une pensée pour notre pote, merci à Tim Mc Kenna de m'avoir convié à ce moment spécial. - Ta plus grosse diffusion TV à ce jour? Ma plus grosses prod TV à ce jour reste la diffusion d'Une Saison de Rêve sur Canal+ sinon Cloud9 est sorti en TV dans plus de 50 pays dans le monde. - Tes projets? - Pas mal de projets en cours avec probablement une série pour la TV cette année et... la suite de Fightoony pour l'an prochain! - Des remerciements? - Merci à tous les surfeurs de l'Euroforce, Vincent Kardasik, Kelly Slater, tous les photographes avec qui je voyage, Belly, Pierre Agnes et tous les gens qui me soutiennent. Euroforce 2009 Hawaii Ep 10/10 pt1 par quiksilver Plus de news et de vidéos exclusives sur le site et le blog de Nicolas Dazet " DAZ " : http://concrete-entertainment.com/ http://concrete-entertainment.com/blog/ Powered by Christophe  
Mots clés : daz, realisateur, films, surf | Ce contenu a été lu 3011 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 31/05/2021
Adrien Toyon, Ainara Aymat, Lee-Ann Curren, Margaux Arramon-Tucoo, Jules Lepecheux, Seb Smart, Titouan Boyer et Ethan Egiguren sillonnent le littoral entre Bayonne et Bilbao
Girls | Le 15/01/2015
Leila Hurst sur le North Shore
Surf | Le 15/04/2013
Kelly Slater en Tasmanie