Environnement - Surfeur perdu en Mer

Mentawaii

- @oceansurfreport -

C’est une histoire de survie en mer assez extraordinaire qui est arrivée au surfeur sud-africain Brett Archibald, 50 ans, alors qu’il venait de partir en boat trip depuis Padang (Sumatra) pour les îles Mentawaii avec des amis sur le bateau Nagu Laut.

Mardi 16 avril, en pleine nuit, alors qu’une tempête agite l’océan, Brett Archibald est pris de mal de mer. Il va sur le pont prendre l’air mais il est éjecté par-dessus bord vers 3 heures du matin alors que tout le monde dort sur le bateau… Ce n’est que plusieurs heures plus tard, alors qu’ils arrivent sur le spot de surf, que ses camarades se rendent compte de sa disparition: Brett Archibald n’est ni dans sa couchette, ni sur le pont supérieur. Ils alertent immédiatement les garde-côtes et les autres bateaux qui croisent dans les environs pour participer aux recherches et ils cherchent à retracer leur chemin pour revenir sur leur sillage.
Après une journée entière de recherches intensives, les espoirs s’amenuisent de retrouver Brett Archibald vivant alors que la nuit tombe de nouveau. Mais 28 heures plus tard, le mercredi 17 avril au matin, le surfeur sera miraculeusement retrouvé –épuisé, déshydraté, blessé, et brûlé par le soleil,  par le bateau Barrenjoey (le même bateau où Darren Longbotttom avait été secouru par deux médecins français).

A peine monté à bord du Barrenjoey, Brett Archibald a pu raconter par téléphone ce qui lui était arrivé à Australian Surfing Life (ASL):

Nous faisions une traversée difficile, la mer était très mauvaise. Je suis monté sur le pont pour faire pipi et boire un peu d’eau. C’est là que j’ai réalisé que j’avais vraiment le mal de mer. J’ai eu deux gros vomissements, puis je crois que j’ai perdu connaissance…  Je ne me souviens pas être passé par-dessus bord… Quand tu tombes, tu t’en rends compte, tu essayes de t’accrocher à une corde ou à quelque chose. Quand j’ai repris mes esprits, j’étais dans l’eau sans gilet de sauvetage, et le bateau était déjà à 100 mètres de moi… Il était 3h15 du matin, il y avait un orage sinistre, et je me retrouvais au milieu de ce détroit dangereux (cf. carte). Quand j’ai vu le bateau s’éloigner, j’ai bien cru que tout était fini.
Il n’y avait pas d’île à moins de 15 kilomètres, mais je me suis résolu à rester calme, en espérant que quand le bateau aurait réalisé que j’étais tombé, il ferait demi-tour. Quand ils ont fini par revenir, ils sont passés à moins de 250 mètres de moi, mais ils ne pouvaient pas me voir parce que la houle était trop grosse. Quand ils m’ont dépassé, j’ai su que j’étais vraiment dans la mouise.
La seconde nuit fut un carnage. J’avais des requins qui me frôlaient, je me suis fait piquer par une méduse, et des mouettes essayaient même de s’attaquer à mes yeux et m’ont fait des plaies profondes au niveau du nez.

C’était incroyable, totalement incroyable. J’ai laissé tomber à un moment. Je suis allé sous l’eau et je me suis dit " je laisse tomber, je ne peux plus continuer ". Mais je n’arrivais pas à me noyer car mes poumons ne voulaient pas de l’eau et je remontais sans cesse à la surface. Je me suis alors repris et je me suis dit à moi-même: "Okay, nous avons besoin de poursuivre ", et j’ai continué à nager et à faire du sur-place.

J’ai aperçu des îles et j’ai essayé de nager vers elles mais le courant était trop fort. Je me suis laissé flotter avec le courant. Le matin j’ai aperçu d’autres îles, mais je ne pouvais pas non plus les atteindre. Je n’ai absolument rien trouvé pour m’aider à flotter. Je ne pouvais pas y croire, d'habitude on voit des déchets partout, mais là je ne voyais pas le moindre bout de bois, ni boogie board ni quoi que ce soit. Je n’ai pas vu un seul détritus, pas même un bout de papier. Et j’ai dérivé pendant 28 heures et demie. "

ASL: Combien de temps auriez-vous pu tenir comme ça ?

Le corps humain est une machine étonnante, surprenante. Je ne crois pas que j’aurais pu tenir beaucoup plus aujourd’hui. Avant la nuit suivante,  je serais probablement mortJe devais trouver mon rythme, je restais immobile pendant 5 minutes, puis je nageais. J’ai vu la terre à 5 reprises, mais je ne pouvais jamais m’en rapprocher car les courants me repoussaient à chaque fois. J’ai vu un bateau de pêche et je pensais qu’il allait pouvoir me récupérer, mais il a changé de route et je ne l’ai plus revu.
Puis enfin, le bateau providentiel sur lequel je suis maintenant (le Barrenjoey), qui est sorti de nulle part. Le capitaine, Tony Eltherington, avait organisé toute la recherche et le sauvetage, et ce sont eux qui m’ont trouvé. Quand j’ai vu leurs mâts, j’ai nagé vers eux. Manifestement ils essayaient de me trouver mais ils n’arrivaient pas droit vers moi et ils risquaient de me louper de 200 mètres. Comme je ne pouvais pas siffler car ma bouche était trop sèche, j’ai appelé à l’aide. Le capitaine m’a entendu mais ne me voyait pas ! Ils ont finalement réussi à repérer d’où venait le bruit et m’ont vu avec leurs jumelles et sont venus me récupérer. Je peux vous dire que je n’ai jamais été aussi heureux de voir un bateau de toute ma vie, malgré le fait qu’il soit rempli d’Australiens ! Je suis maintenant un Aussie converti, j’adore ces gars !
Heureusement il y avait un médecin à bord et il a été incroyable, il a assuré depuis le début. Il m’a réhydraté et réchauffé. Je pouvais à peine boire avec ma langue grosse comme une balle de tennis. Le docteur s’est vraiment bien occupé de moi, il m’a posé une perfusion, a mis des pansements sur mes blessures, a soigné mon visage, a recollé mon nez…
Je suis toujours sur le Barrenjoey, et les gars ont surfé une gauche parfaite pendant que je dormais. Mon bateau va venir me récupérer maintenant, et ensuite nous allons pouvoir poursuivre notre surf trip. "

ASL: Votre surf trip?!? Mais vous n’allez pas vous faire hospitaliser ?

Non, non. Nous avons un docteur ici et il me prend bien en charge vous savez. Il m’a dit que tout allait bien et que dans un jour ou deux, je devrais être opérationnel. Je dois avouer que mon foie et mes reins sont fatigués, que mes glycémies sont basses, que mon rythme cardiaque n’est pas au top, mais je sais que ça ira mieux demain… Ils nous font solides en Afrique du Sud ! Nous avons 8 jours de trip, je ne peux pas aller à l’hôpital, nous devons surfer. Nous avons eu une bonne aventure, mais nous avons gaspillé deux jours à me chercher… Les voilà qui arrivent d’ailleurs. Je dois vous laisser et aller les saluer… »

Source: Surfing Life et Surf Prevention ( facebook Surf Prevention )

 

Mots clés : surfeur, perdu, mer | Ce contenu a été lu 24872 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Culture - Musique | Le 29/06/2...
Progresser en partageant astuces, erreurs et évolutions.
Surf | Le 20/04/2022
Une vision authentique des vagues indonésiennes grâce à Brenden Margieson.
Environnement | Le 21/01/2022
"Si les résultats sont concluants, on pourra ensuite dupliquer le projet et le disséminer à l'échelle nationale puis européenne."
Jeu Concours
Sun Ska Festival
Remportez un pass 3 jours avec camping !