RĂ©gion - Du surf en Normandie

Visite guidée par des locaux

- @oceansurfreport -

OSR Région met à l'honneur chaque mois une région différente, pour mettre en lumière tout son potentiel surf et ses originalités.

Nous commençons cette nouvelle année en vous faisant découvrir la Normandie, région moins médiatisée et pourtant pleine de surprises.

La Normandie ne s'offre qu'à ceux qui la désirent vraiment. Avec des spots qui ne fonctionnent pas toute l'année, mieux vaut étudier régulièrement les conditions et surveiller la houle. Pourtant, ceux qui s'y aventureront au bon moment trouveront dans les spots normands une satisfaction sans égale.

Pour mieux connaître le potentiel surf de cette région, nous nous sommes laissés guider par quelques locaux, fins connaisseurs de la région. David est un Normand d'adoption et il surfe ces spots depuis près de 20 ans. Paul, âgé de 16 ans, surfe son home spot d'Etretat depuis bientôt 9 ans.

Ce qu'il y a de magique quand on surfe en Normandie, ce sont d'abord les paysages. « J'aime le décor, magnifique en mai et juin où la lumière est très particulière sur les falaises. » raconte David. Un avis partagé par Paul : « le paysage Haut Normand est magnifique, surfer au pied d'une falaise de craie blanche qui fait 90m de haut c'est magique! »

La côte normande présente de nombreux atouts. Tout d'abord, elle dispose d'un choix très varié de spots : « gauche/droite, rapide, creuse, puissante ou molle, le choix est large ! » s'enthousiasme Paul. De plus, la côte est « accessible à tous les niveaux de surf malgré le fond rocheux, l'accès au line up est facile, il suffit de faire le tour et non pas passer au ras de l'inside comme beaucoup trop le font » selon David. Elle est également protégée du vent de secteur NW.

Quelques caractéristiques sont néanmoins à prendre en compte avant d'aller surfer en Normandie, notamment concernant les conditions météorologiques. « Une petite fenêtre de houle, conditions très irrégulières et rarement grosses. Quelques fois nous avons des vagues tous les jours pendant un mois puis ensuite plus rien... » explique Paul. « Par exemple, les spots de Seine Maritime captent très mal la houle longue puisqu’ils sont protégés par la presqu'île du Cotentin (qui est aussi en Normandie mais à 3 heures de la Seine-Maritime), du coup pour être sûr d'avoir de bonnes conditions, il faut attendre les dépressions ( souvent en hiver ). »

Les marées sont aussi un facteur primordial en Seine Maritime si l'on veut surfer autre chose que le shorebreak qui éclate sur des galets. De plus, la surpopulation des spots commence à se faire sentir en Normandie. « il y trop de monde à l'eau et de tout : board, long board, SUP, biscotte et même des kayaks, c'est devenu infernal » déplore David.

Pour surfer en Normandie, mieux vaut ne pas être frileux ! Voici les conseils de Paul concernant l'équipement à adopter: « Tout dépend de la saison, mais pour l'hiver (fin décembre à avril en moyenne), une combinaison 5/4/3 ou plus avec gants, chaussons et  cagoule car l'eau est très froide (entre 6 et 9 degrés maximum) donc même bien équipé, il faut faire attention à son état physique! 1h de surf dans une eau à 8 degrés c'est 3h de surf dans une eau à 20 degrés! Ensuite, l'eau se réchauffe mais c'est très aléatoire : quelques fois au mois de mai, d’autres fois au mois de juin voir juillet. On peut donc laisser les gants, cagoules de côté et laisser place à la combinaison 4/3 (5/3 pour les plus frileux) ». Attention donc à être suffisamment bien équipé pour ne pas risquer l’hypothermie.

Une fois tous ces facteurs pris en compte, place au fun ! Tout deux ont vécu des sessions mémorables en Normandie. Pour David, « mon meilleur souvenir, c'était à Yport, avec la gauche gavée de monde, mais personne sur la droite souvent désertée à cause du courant sud nord très fort. Ce jour-là grand soleil, des droites de 2m parfaites qui déroulaient autour du récif 30 cm en-dessous, je me suis gavé de barrels pendant 2h avec des guillemots pour compagnie. »Paul, lui, se souvient d'un « mercredi soir du mois de septembre, le temps était magnifique, le soleil allait se coucher, le ciel était orange/rouge et se reflétait sur la mer! Nous étions trois potes à l'eau, Hugo, Nayan et moi. Les conditions étaient meilleures qu'elles qu'annoncées, il y avait environ 1m20 glassy et bien creux». Bref, la côte normande réserve d'incroyables surprises à ceux qui s'y aventurent.

Pour terminer, Paul a souhaité prévenir certains surfeurs sur les dangers provoqués par de grosses conditions : « pour certains la Normandie rime avec « pas de vagues ». Cependant, il peut y avoir aussi de grosses conditions (pour la Normandie), c’est rare mais possible et ce n’est pas parce-que nous sommes en Normandie que les vagues sont accessibles à tous les niveaux ! Quelques fois on peut voir des jeunes et moins jeunes se mettre à l’eau dans des conditions vraiment pas adaptés à leur apprentissage et ils se mettent en danger, et peuvent également mettre en danger les autres. Quelques fois il faut savoir se dire « stop » et ce n’est pas parce qu’il y a des surfeurs à l’eau « que c’est bon je peux y aller ». » Comme sur tous les spots du monde, il faut donc bien observer les vagues avant de se mettre à l'eau pour ne pas prendre de risques inutiles.

Si vous souhaitez apprendre le surf, ou vous perfectionner en Normandie, nos deux locaux nous ont conseillé quelques écoles et surf shops : sur Etretat, le WOB Surfshop tenu par le shaper Laurent Parnet ; le club et école de surf Surf'in Pourville ; et enfin, à Trouville, la Northshore surf school. 

Mots clés : surf, normandie | Ce contenu a été lu 48039 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
XXL | Le 25/09/2020
"L'expérience, nous ne l'avons pas. Mais nous sommes déterminés."
Surf | Le 25/09/2020
"C'est amusant, on ne peut pas avoir de mauvaises vagues sur un surf mat."
Voyages | Le 23/09/2020
Le Sud-Ouest de la France possède toutes les qualités pour un surf-trip réussi.
Jeu Concours
FCS
Jouez et remportez le nouveau FCSII H4 !