Santé - La Surf Thérapie, qu'est ce que c'est ?

S'intéresser de plus près à ce concept qui se développe au fil des années.

- @oceansurfreport -

La surf thérapie c'est quoi ?

Dans son ouvrage intitulé Surf thérapie - Se soigner au contact de l'océan le surfeur et médecin Guillaume Barucq la définit comme une "thérapie par la mer que beaucoup de personnes pratiquent déjà sans le savoir". Dans son livre, le résident de Biarritz propose une méthode, tout en expliquant qu'elle n'est pas exclusive : "il y a mille et une façons de réaliser une Surf Thérapie !" écrit-il dans son avant-propos.

Si le surf en lui-même prend part à la surf thérapie, c'est aussi tout simplement le fait de cotoyer l'océan qui peut faire la différence. Marcher dans l'eau, respirer l'air marin, nager ou glisser sont autant de moyens de se sentir mieux dans son corps et dans sa tête. Dans cette publication parue chez Surf Prévention Editions, Guillaume Barucq a donc établit une méthode basée sur ces différents points, dans le but de promouvoir cette "thalassothérapie naturelle". 


Dans certains pays comme le Royaume-Uni, cette forme de thérapie est même reconnue par le système de santé publique (National Health Service) comme une forme de thérapie efficace notamment pour les enfants et les jeunes adultes souffrant de maladie mentale.

Retrouver ses sensations 

Et cette croyance profonde aux bienfaits de l'eau salée, ils sont nombreux à la partager. L'émission Littoral : surf-thérapie et école de la vie s'est notamment intéressée en début d'année à l'initiative menée par Hélène Rouault. Du côté de Saint-Malo, celle-ci mène des sessions de glisse avec des publics que l'on a peu l'habitude de voir sur des planches. Dans son cas, majoritairement des personnes âgées, qui se reconnectent à des sensations oubliées. Ces dernières évoluent au fil des séances, améliorent leur mobilité et agrandissent leur sourire. 

  

Dépasser les épreuves de la vie

Et comme le mot thérapie qui ne s'applique pas à une maladie donnée, la surf thérapie traite bien des maux. Aux États-Unis, le surfeur professionnel Alex Gray a développé un mouvement qui use de la surf thérapie pour aider au processus de deuil. Un groupe de parole qui se réunit chaque semaine pour échanger sur ces épreuves de la vie, près de l'océan. C'est suite à sa propre expérience douloureuse, le décès de son frère aîné suite à une overdose d'héroïne à 20 ans, que le jeune homme (il avait 17 ans à l'époque) s'est reconstruit à travers le surf.

"Surfer n'est pas obligatoire, se livrer n'est pas obligatoire, rien n'est obligatoire. Si simplement mettre vos orteils dans le sable aujourd'hui est ce qui vous aide, fantastique" explique t-il en préambule de ces moments de partage. Pour le surfeur, c'est une alternative offerte au poids du deuil, en le remplaçant par la volonté d'honorer celui ou celle qu'on a perdu, de se remplir de cet amour qu'on lui porte pour "crier son nom au monde". 

Et à nouveau, malgré les aléas de la vie, les sourires se tracent sur les visages. 


Aller vers le bien-être 

L'objectif visé n'est donc pas sportif, ou de performance. La surf thérapie c'est avant tout retrouver un état de bien-être. Grâce au contact de l'eau salée, grâce à la sensation de glisse, grâce aussi parfois aux valeurs de partage qui s'immiscent entre ces deux termes. La clé de ce bien-être est propre à chacun : prendre plaisir dans la pratique, se dépasser en se lançant un nouveau défi, rencontrer des personnes aux parcours de vie similaires (ou au contraire amplement différents)... Il y a sûrement autant de raisons qu'il y a de profils. 


En 2016 déjà, Surfrider Foundation écrivait "pour beaucoup, la définition du surf est réductrice et ne traduit pas les réels bienfaits que cette discipline a à offrir. Oubliez stress, pression, soucis et douleurs aussi, le surf s'impose comme étant une solution saine et naturelle pour pallier aux méfaits liés à nos modes de vie. Moins connu, il est aussi un vecteur clé d'effacement de barrières culturelles et sociales." 

Si les bienfaits de l'océan sur la santé ne sont pas toujours expliqués, on sait déjà qu'en tant que pratique sportive, le surf aide à la libération d'endorphines qui peuvent déclencher des sensations proches de l'euphorie. La sécrétion de dopamine et de sérotonine (connues comme étant les hormones du bonheur) accroît ces sensations. Pour peu que vous ayez droit à une session ensoleillée, vous prenez une double dose de sérotonine, et avec elle un sourire encore plus lumineux. 

> Lire ou relire : ''Dépenser son énergie, en plus avec quelque chose qui donne du plaisir, c'est essentiel"

Image à la une : © Unsplash / Woody Kelly

     
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 10/12/2019
"La mise à l'eau, c'était un moment magique et émouvant, une vraie réussite", Mégane Murgia
Factories | Le 24/11/2021
Une consultation citoyenne est actuellement en ligne dans le cadre de la révision de la directive pour la qualité des eaux de baignades.