Voyages - On part où ? Destination Taïwan

Nous nous sommes rendus sur place, à la rencontre de la communauté surf locale.

- @oceansurfreport -

Avec la rubrique Surf-Report Voyage, retrouvez tous les mois un article dédié au voyage et à la culture du trip ! 

Nous avons récemment découvert Taïwan qui, a priori, n'est pas une destination à laquelle on pense immédiatement pour partir en surf trip et pourtant, l'île est considérée comme un paradis par de nombreux surfeurs. Si les touristes Chinois, Japonais, Hongkongais ou Américains ont l'habitude de s'y rendre, les Européens sont encore peu nombreux à y passer leurs vacances. 

Bien que certains soient très fréquentés, les spots taïwanais ne connaissent généralement pas le surpeuplement que l'on trouve très souvent ailleurs. Si vous souhaitez vous rendre dans une destination asiatique originale, l'île de Taïwan est faite pour vous ! Et si bien sûr, le surf est la raison principale de votre séjour, la richesse naturelle et culturelle de l'île complétera vos sessions de très belles découvertes. L'île possède un relief impressionnant qui réjouira les amateurs de randonnées. 

Pour sa part, la scène surf taïwanaise est encore jeune. Si quelques pionniers du surf locaux ont fait fi de l'interdiction imposée par le gouvernement d'accéder à l'océan pendant de nombreuses années, il faut attendre la levée de la loi martiale dans la seconde partie des années 80, pour assister au développement des clubs de surf. Aujourd'hui et surtout parmi les dernières générations, les communautés surf de l'île sont en plein essor. Un fait peu étonnant lorsque l'on sait que les moussons saisonnières offrent des vagues régulières et que le boardshort peut quasiment se porter à l'année, sauf bien sûr, au cœur de l'hiver. 



La météo

En été, la chaleur peut être très forte, surtout dans le sud, mais il y a une nette différence de température entre le nord et le sud. À Kenting, situé à l'extrémité sud de l'île, le climat chaud et tropical ne change que très peu en fonction des saisons. Les vents froids qui frappent le nord de Taïwan en hiver sont le plus souvent bloqués par la chaîne de montage au centre de l'île. Mais une combinaison 3'2 reste suffisante pour la saison hivernale, même en janvier-février, là où les températures sont les plus basses (10°C parfois le matin). D'avril à novembre vous pourrez donc surfer en boardshort ou en maillot sur tous les spots, qui se concentrent dans le sud et dans l'est de l'île, bien qu'il soit tout à fait possible de surfer dans le nord, où les spots sont surtout fréquentés pendant la saison estivale. En hiver, les conditions sont connues pour être plus grosses dans le nord et dans l'est mais à mesure que l'on descend vers le sud, la houle est généralement moins forte. 




Un peu de géographie... 

370 km séparent le nord du sud tandis qu'il faut parcourir 140 km pour traverser cette île du Pacifique d'est en ouest. Son centre a la particularité d'être marqué par une chaîne montagneuse dont le plus haut sommet atteint pratiquement les 4000m d'altitude. Ces montagnes recouvrent plus de la moitié de l'île et soixante-deux sommets excèdent les 3000m. C'est la raison pour laquelle la côte est est beaucoup moins développée que la côte ouest. Un relief qui rend également compliquée la traversée de l'île par son centre mais qui participe grandement à la beauté des paysages où la nature, très verte, est d'une densité et d'une richesse incroyables. La végétation luxuriante contraste d'ailleurs magnifiquement avec le bleu de l'océan qui borde les plages souvent sauvages et désertes de l'île. Exposée aux éléments, cette dernière connait des moussons saisonnières offrant des vagues régulières et il est possible d'y surfer quasiment toute l'année.



Le surf à Taïwan

L'île possède des beach breaks et des reef breaks puissants mais pas de vagues world class. Les vagues n'atteignent que très rarement des tailles dangereuses, à l'exception des périodes de typhon, au cours desquelles toutes les activités aquatiques sont interdites. Et s'il peut exister du localisme sur certains spots dont la fréquentation est accrue ces dernières années, il reste assez marginal. 

Début novembre, au moment de notre présence sur l'île, se déroulait le Taiwan Open of Surfing, un QS 5000, à Taïtung. Nous y avons rencontré des surfeurs locaux dont Lucas, l'un des meilleurs longboardeurs de l'île. « Je dirais que les taïwanais sont très friendly, notre culture surf étant encore très jeune. Il n'y a pas vraiment de localisme, tant que tout le monde se respecte, tout le monde peut s'amuser » nous a-t-il confié. L'essentiel des spots se concentre dans le sud et sur la côte est de l'île, bien qu'il soit possible de surfer dans le nord, à Chu Nan, Baishawan, Jin Shan ou encore Fulong Beach. Au total, plus d'une trentaine de spots sont recensés.



Culturellement, la population locale n'a pas une pratique très développée de la plage et de l'océan mais la communauté surf de l'île, bien que jeune, est en plein développement. Les choses changent et s'accélèrent. Nous avons rencontré Leanne, une taïwanaise originaire de Kenting qui figure parmi les meilleures longboardeuses de l'île. « La communauté surf locale est en plein développement, mais il y a une part importante de notre culture, l'ancienne génération, qui n'est pas tournée vers l'océan, le soleil, le fait de bronzer... Cependant les choses changent, le surf est de moins en moins considéré comme un sport dangereux et davantage comme un bon sport, les gens sont de plus en plus ouverts. Ce sont surtout des Japonais qui viennent, mais les gens commencent à venir d'un peu partout, alors qu'avant seule la compétition ramenait des surfeurs étrangers » nous raconte la surfeuse avant de nous parler de Jinzun Harbor, qui accueillait également une compétition nationale de longboard en parallèle de l'étape du circuit QS. « C'est une gauche et une droite imprévisible, elle peut être très grosse mais aussi petite et ventée, elle peut supporter tous types de conditions. En dehors de la compétition, l'ambiance à l'eau est chill, les gens sont contents quand ils surfent ici. »



Quand partir ? 

À Taïwan, il est possible de trouver des vagues toute l'année. De novembre à mars sur la côte est, les vagues sont plus grosses et la période plus élevée, attirant les surfeurs plus expérimentés. Bien que l'eau y soit plus fraîche qu'en été, une 3'2 suffit. Pour les surfeurs moins à l'aise qui devront éviter certains spots, il sera tout de même possible de se mettre à l'eau, les écoles de surf restant ouvertes. 

La période qui s'étend d'avril à novembre est généralement beaucoup plus calme et de ce fait, idéale pour les surfeurs intermédiaires et débutants. À noter cependant que les houles provoquées par les typhons (quelques jours avant ou après une tempête) fournissent parfois de très bonnes conditions pour les pratiquants plus aguerris. Il ne faut pas hésiter à se rapprocher d'une école de surf ou d'un surf shop pour se renseigner sur le spot à privilégier selon les conditions et la marée. De manière générale et en tenant compte de cette dernière, il le début de la matinée et la fin de journée sont à privilégier, en raison du vent qui se lève habituellement en milieu de journée et tombe dans l'après-midi. 



Les spots de surf 

Dans le nord de l'île, Baishawan est une plage de sable blanc orientée vers le nord, idéale pour les débutants. Si il est le spot le plus accessible en transport depuis Taipei, il n'est pas le plus régulier. Victime du flat en été et du vent en hiver, la vague manque souvent de puissance et de forme. Ce qui en fait un spot apprécié des kitesurfeurs et autres sports nautiques dépendants du vent. Restaurants, au nord-est, est connu pour être l'une des plus longues droites de l'île, déroulant sur du reef et offrant des barrels lorsque la houle est assez grosse et bien orientée (nord nord-est). Le spot se surfe environ deux heures avant la marée haute et la mise à l'eau difficile en fait un spot réservé aux surfeurs les plus expérimentés. 

Plus à l'est et toujours orienté nord Jinshan, très fréquenté en été, se situe à une quarantaine de minutes seulement de Taipei. Le spot abrite des droites et des gauches ainsi qu'un point break en gauche au nord. Ce dernier se surfe à mi-marée et peut se révéler excellent lorsque la taille et les conditions sont réunies. Il est préférable de surfer tôt le matin ou le soir, le vent se levant généralement en fin de matinée et se calmant en fin d'après-midi. À noter, le shore break du milieu de journée rend souvent la sortie difficile. 

Plus au sud se trouvent Dashi et WushiDashi abrite souvent de bons bancs de sable, mais ils restent peu fiables, bien que le spot reste la meilleure option de la région. Souvent peuplé, le spot connait du localisme et les locaux y sont parfois peu accueillants. Juste en dessous, au nord de Toucheng, se trouve Wushi, une plage de sable noir parmi les plus fréquentées de l'île. Ce beach break offre des droites, des gauches et fonctionne le mieux à mi-marée, par une houle est sud-est. Lorsque les conditions sont petites, le spot est idéal pour les débutants tandis que les surfeurs les plus expérimentés seront servis lors des plus gros jours. 

Maintenant, place à la côte est qui compte de nombreux spots : Gongs, Jici Beach, Fongbin, Cheng Gong ou encore Donghe RivermouthGongs est un reef break assez inconstant, situé à proximité d'un port de pêche par lequel il est préférable de se mettre à l'eau. Il offre des gauches, des droites et marche à marée basse ou mi marée. La plage de Fongbin, située à l'embouchure d'une rivière, attire la houle et abrite des pics puissants qui viennent frapper les bancs de sable noir lors des plus gros jours. Juste en-dessous, les gauches de Bashien Dong satisferont les surfeurs les plus expérimentés les convaincant alors de la puissance du surf taïwanais. En cas forte de houle de nord-est combinée à un vent de nord-ouest, le point break génère de puissantes vagues. Un peu plus au sud, la vague de Cheng Gong peut elle aussi offrir des gauches puissantes, mais elle ne marche que rarement. 

Donghe Rivermouth, situé au nord de la ville de Taitung, est un spot qui capte très bien la houle, où les vagues sont des plus constantes et déroulent sur les bancs de sables formés par l'embouchure d'une rivière. Le spot abrite deux pics principaux, de part et d'autre de l'embouchure, offrant des vagues qui ouvrent, pouvant se transformer en longs murs que les surfeurs les plus expérimentés prendront beaucoup de plaisir à exploiter. Des sections plus courtes offrent également des barrels. La plage supporte les grosses houles et les vagues conservent une belle forme même lors des plus gros jours. Il est l'un des spots les plus réputés de l'île, peu accessible pour les surfeurs intermédiaires et débutants. Donghe Rivermouth est un passage obligé pour les pratiquants les plus expérimentés. 

À proximité de Jialeshui


Dans le sud de l'île les spots, qu'il s'agisse de beach breaks ou de reefs breaks, sont plus nombreux mais les vagues y sont moins régulières. Sur la pointe sud se trouve l'un des spots les plus connus et les plus fiables de Taïwan, Jialeshui. Quelle que soit la houle, il y aura toujours quelque chose à se mettre sous la dent. En contrebas de la falaise rocheuse, une longue gauche déroule sur du reef, très appréciée des longboardeurs lorsque la houle est orientée nord-est est. Si les plus petits jours elle fera le bonheur des débutants, elle peut aussi être très consistante. Au milieu de la plage se trouve un second spot, marqué par l'embouchure d'une rivière. Celle-ci fournit de longues droites ainsi que quelques gauches, plus courtes et plus puissantes. Les barrels n'y sont pas rares lors des plus gros jours.

Jialeshui
 

À la pointe sud de l'île se trouve Nanwan. Connu pour son reef break en droite, le spot fonctionne à marée-basse ou mi-marée lorsque la houle est orientée sud sud-ouest. La fréquentation du spot est conséquente au cours des week-ends mais lorsque la houle est plus grosse et les bancs de sable bien formés, il n'est pas rare d'y voir des barrels, qui videront le line up des surfeurs les moins expérimentés. 

Se loger 

Les chambres en dortoir ou en surf camp coûtent environ 10 euros par nuit et il faudra compter entre 20 et 30 euros dans les hôtels hors saison. Vous trouverez de nombreux surf camps dans le sud, autour de Nanwan, ambiance backpacker, où il faudra compter environ 15 euros par nuit. Les prix des motels et des hôtels varient entre 45 et 120 euros par nuit en haute saison (saison d'été). Pour la nourriture, le budget s'étend de 3 et 10 euros par repas. Le budget moyen journalier d'un voyageur à Taïwan est d'une trentaine d'euros. 

Infos pratiques 

Monnaienouveau dollar de Taïwan

Langue : le Mandarin (langue officielle), le Taïwanais et il n'est pas rare que les habitants parlent anglais. 

Durée de vol : entre 13 heures et 15 heures sans escale au départ de Paris. 

Documents obligatoires : les voyageurs français sont exemptés de visa pour tout séjour n'excédant pas 90 jours. Toutefois, ils doivent impérativement être en possession d'un passeport d'une validité égale ou supérieure à 6 mois à la date de leur entrée à Taïwan.

Aucune vaccination particulière n'est recommandée pour se rendre sur l'île.

Quel matos choisir ? 

Le shortboard est à privilégier en hiver, si vous souhaitez vous attaquer aux spots plus puissants du nord de l'île. Mais que ce soit en shortboard ou en longboard, vous trouverez toujours un spot adapté à votre matériel. Il suffit de se renseigner et de savoir où aller en fonction des conditions. Les possibilités restent cependant infinies, que ce soit longboard, twin rétro ou single fin, vous trouverez les vagues adaptées à votre matos. Pour les plus débutants, il est possible de louer des planches adaptées sur place, dont des planches en mousse.




Que faire les jours de flat ? 

Si vous séjournez dans le nord de l'île, une visite de Taipei, la capitale de l'île, s'impose. Le climat y est plus frais et l'ambiance bien différente du sud. La ville possède de nombreux temples, musées et quartiers à visiter et vous pourrez jeter un œil du côté de Taipei 101, le premier bâtiment du monde à passer la barre du demi-kilomètre de hauteur qui offre une vue à 360° sur toute la ville. Le mémorial de Tchang Kaï-chek est une visite intéressante à prévoir, tout comme la cascade  Wulai plus proche de la nature. Le night market de la ville, constitutif de l'identité culturelle de l'île, qui réunit les locaux et les touristes autour de la street food locale est une expérience riche pour les sens. 

Taipei


La ville de Tainan est le lieu idéal pour vous immerger dans la culture taïwanaise, sa richesse culinaire et historique. Nous y avons visité le temple Grand Matsu, dédié à la déesse Matsu, déesse de la mer ainsi que d'autres monuments riches d'histoire, dans les rues animées et colorées de la ville. À l'occasion de notre séjour, nous y avons goûté les spécialités culinaires locales qui n'ont cessé de nous réjouir tout au long de notre trip, la soupe de nouilles au bœuf, l'omelette aux huiles, le riz au porc et autres bouchées à la vapeur. Le lendemain, après avoir fait un tour dans le Sicao Green Tunnel, une mangrove proche de la ville, nous nous sommes baladés dans les vieilles rues du quartier de Anping. 

Le night market de Taipei


Autour de Kenting, l'atmosphère surf est présente, authentique et en pleine ébullition. Nous en avons profité pour se promener jusqu'au phare Eluanbi, qui offre une vue magnifique sur l'océan et la nature de la presqu'île de Hengchun. Le parc national de Kenting est lui aussi un incontournable du coin et une fois la nuit tombée, le night market prend vie, avec ses stands de nourriture typique, ses bars ambulants et ses boutiques ouvertes tard le soir. 

Vous pourrez également skier, faire de la randonnée ou du rafting pendant votre séjour à Taïwan. 
      
            
Mots clés : guide, voyage, taïwan, free surf, destination, asie, taipei, kenting, spots, surf trip, conseils | Ce contenu a été lu 6968 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs