WCT - Comment Snapper est devenu Superbank

La naissance d'un spot

- @oceansurfreport -

En 2002, Mick Fanning fait une apparition remarquée sur la scène du surf pro. Le jeune rookie a alors 20 ans. En juillet de cette même année, il rentre à Coolangatta (Queensland, Australie) avec le trophée du Billabong Pro Jeffreys Bay en poche. Accompagné par le président de l’ASP de l’époque Wayne Bartholomew, ils prennent le temps de checker l’océan depuis la colline de Kirra.

Avec le récent souvenir du line-up de Jeffreys Bay en tête, Fanning et Bartholomew cherchent à évaluer la longueur des différents breaks et rêvent alors d’un ride plus long encore, reliant Kirra à Snapper Rocks au sud. Mais tout cela n’apparait pas franchement faisable. Pas encore. Il y a beaucoup de sable à Snapper, plus que quiconque n’a jamais vu, mais pas assez encore pour combler le trou à la pointe nord de Coolangatta Beach et ainsi relier Kirra.

Avant le déplacement du sable, les conditions à Snapper sont plutôt moyennes : on trouve souvent une droite, plus rarement une bonne gauche. Rien de comparable en tout cas à ce que l’on peut voir aujourd’hui.

La naissance d’une vague

La construction d’une jetée pour la station de pompage à l’embouchure de la Tweed River va changer la donne. En 2001, le conseil municipal de la Gold Coast engage une société de dragage pour nettoyer de tout son sable l’embouchure de la rivière et permettre ainsi le passage des bateaux. Personne n’anticipe alors les répercussions. Soudainement, on peut surfer pendant 20 secondes la même vague et il ne faut pas longtemps avant qu’un surfeur ne décroche le Saint Graal, surfant de Snapper… jusqu’à Kirra !

Le nouveau “Superbank” prend alors forme, et le business du surf sur la Gold Coast connaît un tournant majeur. Avant que le dragage ne commence, Burleigh Heads (un peu plus au nord sur la Côte) était le spot majeur. En 2002, lorsque Joel Parkinson remporte le Quiksilver Pro sur la Gold Coast, une nouvelle ère débute. Avec ses compères Fanning et Dean Morrison, ils deviennent les symboles d’une génération qui s’appuie sur la performance. Stephanie Gilmore, adolescente à l’époque, n’est pas loin derrière eux.

Quelques années plus tôt, Bartholomew avait établi le siège de l’ASP à Coolangatta, avec vue prenante sur la plage. Lui et ses collègues assistent petit à petit à la métamorphose de ces trois breaks. Les rides de 10 secondes dans le tube deviennent « normaux ». Fin 2003, le local Jarrah Tutton réussit à prendre la vague de sa vie, avec un barrel insensé de 20 secondes qu’on peut voir dans le film « 3 degrees ».

Peu de temps après le passage de Fanning et Bartholemew sur la colline de Kirra, un autre kid de Coolangatta, Damon Harvey, rentre dans la légende en surfant pendant près de 4 minutes de Snapper jusqu’au nord de Kirra. Jusqu’à ce jour, personne n’a réitéré l’exploit.

Evidemment cela n’a pas empêché des milliers de surfeurs de tenter leur chance.

Rendez-vous sur le Superbank dès samedi pour le début du Quiksilver & Roxy Pro Gold Coast à suivre sur www.worldsurfleague.com

Source WSL

 

Mots clés : snapper, rocks, coolangatta, kirra, gold, coast, superbank | Ce contenu a été lu 7806 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Jeu Concours
Softech
Gagnez votre moussu pour cet été !