Interview - Aritz Aranburu fait le point

« Je ne cherche pas de gros scores, je ne vise pas le classement. Je recherche seulement des sensations. »

- @oceansurfreport -
Le Quiksilver Pro France 2021 qui s'est tenu à Hossegor en octobre dernier sur la plage des Culs Nuls a été l'occasion pour l'équipe Surf Session de se poser un peu avec Aritz Aranburu et d'échanger avec lui. 

Éliminé au 3ème tour de ce troisième Challenger Serie, le surfeur de 36 ans, membre du team Quiksilver, est connu pour son humilité et sa détermination, lesquels lui ont permis de rejoindre l'élite mondiale du surf en 2008, à seulement 22 ans.  

Dans cet entretien il est question de compétition. Aritz se remémore ses années passées sur le Tour ainsi que les moments marquants de sa carrière. Le surfeur basque est un habitué du CT, il est d'ailleurs le tout premier surfeur espagnol à l'avoir rejoint. Il est alors devenu le surfeur le plus emblématique de son pays.



Toutes ces années sur le Tour ont permis à Aritz d'observer les évolutions qui s'y sont opérées, que l'on sait conséquentes. Le surf professionnel a beaucoup évolué depuis une dizaine d'années. Les surfeurs sont désormais beaucoup plus nombreux, le niveau a augmenté, l'esprit sur le CT est différent... Il suffit d'écouter des surfeurs comme Jérémy Flores ou Michel Bourez qui, au même titre qu'Aritz, partagent son point de vue.

Désormais les surfeurs s'isolent plus les uns des autres, ils sont entourés de toute une flopée de coachs et d'entraineurs... Une chose est sûre, le Dream Tour appartient à une époque révolue qui ne semble pas prête de revenir. Même si Aritz semble toujours aussi attaché au lycra, le surfeur est clair : "Je préférais largement le Tour avant.

Le Basque est né et a grandi à Zarautz. Autant vous dire qu'il n'a pas eu besoin de faire beaucoup de route pour trouver de bons spots. À la fois discret et déterminé, le natif du Pays basque sud s'est très souvent illustré en compétition. Ils ne sont pas nombreux, comme lui, à avoir battu Kelly Slater à deux reprises (à Tahiti et au Portugal). 



Cette interview nous permet de faire un point sur sa carrière. Soyez-en sûrs, Aritz aime toujours autant la compétition. Il est cependant sélectif et choisit les étapes auxquelles il participe, en fonction des lieux qu'il aime. Il privilégie le plaisir avant toute chose : « Je ne cherche pas de gros scores, je ne vise pas le classement. Je recherche seulement des sensations. » 

Aritz a tracé sa propre route et a su aménager sa vie de surfeur pro entre compétition et plaisir, circuit professionnel et voyages. Si deviez retenir une chose : son amour pour le surf est inconditionnel et son attrait pour l'océan reste intact. 

Par Ondine Wislez Pons
- Filmé et monté par Adèle Guilluy pour Surf Session
    
Mots clés : aritz aranburu, interview, surf session, quik pro, hossegor, france, espagnol, tour, pays basque, zarautz | Ce contenu a été lu 1647 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Contest | Le 30/12/2021
Des Français au line-up, en surf comme en bodyboard.
Surf | Le 29/10/2021
Une équipe de surfeurs pro a filé scorer des droites poussées par l'ouragan Sam.