Surf - #BestOf | ''Mirage'' : un documentaire sur l'incroyable histoire de Skeleton Bay

Une vague qui n'existait pas il y a trente ans.

- @oceansurfreport -

- Initialement publié le 2 novembre -

À Skeleton Bay (Namibie), l'océan et le désert sont unis pour le meilleur et pour le pire. La bathymétrie, l'orientation de la plage et la configuration de la pointe sont autant d'éléments qui rendent cette vague de l'Afrique australe unique. Sa proximité avec le rivage, la longueur du tube, l'intensité avec laquelle elle déferle... Depuis qu'elle a été dévoilée en 2008 aux yeux du grand public, cette vague fait fantasmer les free-surfeurs du monde entier. Mais contrairement à Pipeline ou G-Land, ce beachbreak évolue constamment. Si l'on en croit les images satellites, il n'existait même pas il y a trente ans.

En analysant plus de quarante ans de données météorologiques, des chercheurs ont découvert que la direction du vent de secteur sud avait connu un décalage de 20° depuis 1976, modifiant l'angle de dépôt de sable le long du littoral. Au même moment où la baie s'élargissait, la puissance des vagues étaient si consistante qu'elle déplaçait d'énormes dépôts de sable au nord, perturbant la dérive littorale et engageant une croissance de l'extrémité nord de la pointe.

Ce rapport d'étude estimait la quantité de sable se déplaçant le long de Skeleton Bay à plus d'un million de mètre cube par an, soit assez pour remplir l'équivalent de 400 piscines olympiques. Au fil du temps, le vent a continué à souffler et déplacé le sable le long de la côte. C'est pourquoi la vague d'une centaine de mètres se terminant par un close-out qui existait auparavant a évolué en un long tunnel qui déroule sur près de deux kilomètres.

"Si vous regardez la topographie marine de Skeleton Bay, vous verrez que la vague perd très peu d'énergie car la houle n'est pas perturbée par le fond marin", explique Bjorn Backeberg, directeur du Centre de données océanographiques de l'Afrique du Sud. "Vous avez une partie profonde et d'un coup, le banc de sable se lève et rencontre une houle qui n'a quasiment pas perdu de force. Comme à J-Bay, la houle de ouest-sud-ouest s'engouffre au bout de la pointe. Mais l'angle la bande côtière, la structure du fond marin et la régularité de la côte rendent la vague beaucoup plus parfaite."

L'Hawaïen Koa Smith, qui connaît cette vague comme sa poche (ou presque), a également sa petite idée sur l'intensité de Skeleton : "Les gens se disent que c'est facile de surfer Skeleton Bay, qu'ils vont aller faire le barrel de leur vie. Ensuite ils viennent et se rendent compte que c'est comme Teahupo'o mais sur le sable."

Avec "Mirage", un documentaire signé Alan Van Gysen et Will Bendix, plongez dans l'histoire de Skeleton Bay, qui évolue au gré des saisons et des marées. Dans quelques années, la baie pourrait continuer à grandir, ce qui rendra la vague encore plus longue. Mais le banc de sable pourrait également finir par céder et disparaître.

Durée : 18mn
Réalisation : Alan van Gysen et Will Bendix (Now Now)


   
Mots clés : skeleton bay, namibie, afrique, will bendix, alan van gysen, spot, vague, sable | Ce contenu a été lu 15175 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 02/08/2020
Même si là, ce sont les vagues qui ont tendance à doubler.
Surf | Le 09/05/2020
Découvrir la plus belle gauche du monde assis devant son ordi c'est possible !