Contest - Tahiti aux JO de Paris 2024 : les réactions des autres candidatures

La Torche, Lacanau, le Sud Landes et Biarritz s'expriment.

- @oceansurfreport -
"La candidature de Tahiti est légitime, mais c'est encore trop tôt pour affirmer qu'elle est la mieux placée", exprimait Tony Estanguet, le 2 octobre dernier. Mais hier, après des semaines de délibération, le Conseil d'Administration a décidé de retenir l'île située dans l'archipel du sud de l'océan Pacifique comme hôte des épreuves de surf pour les Jeux de Paris 2024. Par la suite, le président du Comité d'Organisation des JO de Paris 2024 se réjouissait que l'ensemble des parties prenantes des Jeux de 2024 (COJO, CIO, Etat, collectivités, mouvement sportif) aient décidé "d'inviter la plus belle vague du monde".

Ce choix, qui portaient sur différents critères - financiers, environnementaux, logistiques et sportifs - a fait couler de l'encre, même si la candidature tahitienne devra avant toute chose être validée par la Commission Exécutive du CIO, qui se réunira à Lausanne le 8 janvier prochain. Les autres sites prétendants à l'accueil des Jeux Olympiques 2024 s'expriment.

La Torche

Les Bigoudens se réjouissent d'avoir pu donner un coup de projecteur à leur littoral par le biais de leur candidature qui s'avançait comme éco-environnementale. En témoignent les propos de Reynald Tanter recueillis par France 3 Bretagne"Nous allons faire en sorte d'organiser des épreuves à dimension nationale voire internationale, avec la même philosophie de préserver cette pépite naturelle que nous avons sur notre territoire", relève le président de la Communauté de communes du Pays bigouden sud. Malgré une once de déception suite à cette annonce, la Pointe de la Torche obtient le label "Terre de Jeux 2024", qui lui permettra de devenir un centre de préparation olympique.

Lacanau

Maxime Hucenot lors du dernier Caraïbos Lacanau Pro.
À Lacanau, "on ne veut pas baisser les bras". C'est ce qu'a annoncé le maire Laurent Peyrondet, dont la ville est candidate avec Bordeaux Métropole, à nos confrères de Sud-Ouest. En jouant l'atout de la proximité, avec une site accessible à 2h de Paris en LGV, la cité canaulaise continue de travailler sur sa candidature. La ville-hôte du Lacanau Pro, qui se déroule chaque année au mois d'août, est en tout cas prête à se lancer dans l'aventure.

Hossegor - Capbreton - Seignosse

Jérémy Florès lors du dernier Quiksilver Pro France.
"Pour moi la messe est dite, je ne vois pas quelle étape pourrait remettre en cause ce choix-là. On est forcément déçu car la perspective était particulièrement excitante et on pense avoir fait le boulot pour être un candidat crédible, à la hauteur des enjeux", soulève Xavier Fortinon, qui qualifie la vague de Teahupo'o comme mythique. Pour le Président du Conseil départemental des Landes, ce choix marque aussi la volonté du Comité d'Organisation d'associer une collectivité d'outre-mer aux JO de Paris : "Ce qui est mis en avant, c'est le côté spectaculaire, et peut-être une régularité de vagues qui est plus importante que la nôtre à cette période de l'année. Il y avait une volonté de casser les codes." Désormais le département attend l'appel de Tony Estanguet, qui doit contacter l'ensemble des candidats pour débriefer sur leur choix.

Biarritz

La Grande Plage.

"On s'y attendait un peu. Déjà concernant la houle : en août Tahiti connaît la meilleure période de sa saison, contrairement à la France. Toutefois, c'est seulement le choix du COJO, il faut désormais attendre la décision finale du CIO", soutient Laurent Ortiz, qui affirme que rien n'est officiel, en illustrant ses propos par le fait que le Comité International Olympique a récemment modifié le marathon des Jeux de Tokyo 2020 pour des raisons climatiques. "On a vu dans la presse que le Président du CIO était partagé sur le fait d'aller à Tahiti, de par l'impact environnemental et de la dangerosité du spot." Mais l'adjoint au maire de Biarritz délégué au surf estime que le choix de Tahiti s'avère néanmoins pertinent pour le spectacle.

>> Photo à la une : Guillaume Arrieta/WSL
           
Mots clés : la torche, lacanau, sud landes, biarritz, jeux olympiques, paris 2024 | Ce contenu a été lu 13162 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Région | Le 19/10/2020
Le réalisateur finistérien Christian Roche signe, dans ce documentaire diffusé le 18 octobre sur les chaines locales de Bretagne, un récit ambitieux qui dévoile une certaine histoire des origines du surf en Bretagne.