Interview - Titouan Canevet : « Enchaîner 15 rollers sur la même vague, c'est pas mon truc »

Avant de débuter le Red Bull Airborne Qualifier Anglet, le Breton nous a accordé quelques minutes pour parler surf aérien.

- @oceansurfreport -

Le Red Bull Airborne Qualifier aura lieu cette semaine en marge du Deeply Pro Anglet et ce sera l'occasion pour de jeunes surfeurs de montrer toute l'étendue de leurs talents dans le domaine aérien. Parmi les outsiders, Titouan Canevet, 18 ans et toutes ses dents. Le surfeur de la Torche, capable de décoller devant tout ce qui se présente à lui, est ravi de figurer parmi les grands noms des surf français sur une compétition pas comme les autres et s'en donnera à cœur joie sur les rampes de la cité angloye. Avant de débuter l'ultime manche qualificative, le Breton nous a accordé quelques minutes pour parler surf aérien.

Par tout temps, le Breton sait débusquer des rampes.
Surf Report : Le 14 juillet dernier lors de la Red Bull Airborne Sessions de Mimizan, tu te qualifiais pour l'épreuve qualificative d'Anglet, comment ça s'est passé ?

Titouan Canevet : C'était top ! J'avais une bonne équipe avec moi, notamment Théo [Julitte] et deux autres copains qui nous avait suivi. Le premier tour s'est bien déroulé, le second était un peu plus compliqué, mais j'ai pu me qualifier et c'est ce qui importe. Jorgann Couzinet était là, Maxime Huscenot, Erwan Blouin... Vincent Duvignac [directeur sportif lors de la Airborne Session] a bien organisé ça, et il était content de voir des Bretons faire de la route pour participer.

Comment abordes-tu la Red Bull Airborne Qualifier d'Anglet ?
Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un rêve qui se réalise mais c'est un bel achèvement. J'adore ce type de compétition, on met en avant celui qui va le plus haut, qui envoie le truc le plus débile... J'aimerai bien y aller sans pression mais le but est quand même de donner tout ce que je peux. En plus c'est mon anniversaire, j'aurai pas pu avoir plus beau cadeau !

Tête en l'air.
Tu endossera le rôle de porte-drapeau de la Bretagne...

Oui je vais représenter le pays bigouden ! Ça me fait vraiment plaisir même si j'aurai préféré amener des compagnons avec moi. Théo n'a pas pu se qualifier à Mimizan, et je crois que j'étais aussi vert que lui. On aurait un peu été les deux Bretons qui sortent de nulle part !

"À une période où j'étais à fond dedans, je me suis pété la jambe sur une réception : fracture du tibia-péroné"

Depuis combien de temps tu fais des airs ?
C'était quand j'étais plus jeune, je décollais mais sans vraiment replaquer. Puis j'ai eu comme un déclic il y a 3/4 ans. Je trouve ça plus fun et motivant à faire que des carves ou des rollers. J'aime bien innover, faire des choses un peu débile, plutôt que de rester sur mes acquis. Noa Deane, Chippa Wilson, ces gars font partie de ceux qui m'inspire le plus. J'aime bien les surfeurs du CT, il sont très forts. Mais ceux qui innovent, ce sont eux.

Repérage de sections creuses sur la droite de la Torche.
Ian Fontaine a joué un rôle dans cet apprentissage ?

Bien sûr, Ian et Théo également, ils ont été là à mes débuts. Je les regardais innover en décollant, et j'avais juste envie de faire pareil qu'eux. Ian m'a guidé, Théo m'a inspiré. Sans eux je pense que j'aurai continuer à faire des rollers.

Qu'est ce que tu peux dire sur la Bretagne comme terrain de jeu pour les airs ?
La Bretagne est sous-estimée, on a de vraies rampes. Il faut juste savoir où les trouver.

"Le but c'est de repousser constamment les limites"

En quoi as-tu progressé ces dernières années ?
En fait j'ai eu des hauts et des bas. À une période où j'étais à fond dedans, je me suis pété la jambe sur une réception : fracture du tibia-péroné. Autant dire que ça m'a bien calmé. J'ai essayé de reprendre doucement, sans faire de folies, mais ça me faisait péter un câble. Je sais très bien que je ne serai jamais très bon sur le rail, en envoyant des turns puissants. C'est dans les airs que je m'exprime. Je suis pas le genre de gars qui va faire 15 rollers sur la droite de la Torche, c'est pas mon truc. Mais plutôt celui qui part sur des fermantes.

Que reste-t-il à apprendre ?
Beaucoup de choses. Le but c'est de repousser constamment les limites, en replaquant des manoeuvres que je n'aurai pas pensé rentrer. Le rodeo flip par exemple. J'en ai lancé plusieurs fois, mlais je n'arrive jamais à retomber comme il faut. C'est frustrant, ça fait mal aux jambes, j'y laisse des planches... Mais j'aime ça.

Décollage imminent avec L.A.N.A.L CREW

- Photo à la une : Martin Biger     
Mots clés : titouan canevet, bretagne, la torche, pays bigouden, red bull airborne | Ce contenu a été lu 3542 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Alerte Houle | Le 16/09/2019
La semaine qui se profile sera marquée par de petites conditions de la Normandie au Pays basque.
SUP | Le 10/09/2019
Le surfeur breton "multi-support" Martin Letourneur explique en détail les points clés.
Jeu Concours
VISSLA
Joue & Gagne la combinaison Vissla 4/3 Seven Seas