Interview - Biarritz : rencontrez le shapeur Panther Surfboards

- @oceansurfreport -

" J'estime que le meilleur moyen de convaincre c'est de prouver ! "

Renaud a 28 ans. Il shape maintenant depuis 7 ans et le nom Panther Surfboards commence, petit à petit, à passer de bouche en bouche au Pays Basque. Originaire de salon de Provence, il a finalement posé ses valises dans le sud-ouest pour suivre sa voie.


Comment as-tu attérri dans le sud ouest ?

J'ai toujours eu de la famille dans les Landes, à Mimizan précisément. J'y vais tous les étés depuis gamin et j'ai décidé de m'installer dans le coin en 2013.

Tu surfais déjà ?

J'ai commencé le surf vers 15 ans, pas mal en Méditerranée, du coté de Sausset les Pins, et à chaque fois que je pouvais venir dans le Sud-Ouest. 

Tu surfais donc avant de shaper, d'ailleurs est-ce qu'un shapeur qui ne surfe pas peut shaper correctement ?

Oui, et non... C'est important de pouvoir tester ses planches. Après ça reste aussi deux situations complètement différentes, le shape c'est davantage de la technique et de l'ingénierie que du sport en soit, même s'il y a des bases à connaitre en surf bien sûr. Je pense quand même que ce qui est surtout indispensable, c'est d'avoir une culture surf ultra solide ! On remarque cependant que les plus grands shapers, les légendes, comme Mark Richards, Gerry Lopez etc... ont souvent été d'excellents surfeurs...

Pourquoi avoir choisi de shaper ? Comment tout ça a débuté pour toi ?

Pour essayer, clairement ! J'avais envie de comprendre comment tout ça fonctionnait. J'ai fait ma première planche à  21 ans après avoir regardé une centaine de vidéos sur internet et campé sur pas mal de forums. C'était un Fish, un 5,8.

Avait-il une particularité ? 

Il était laid ! haha. Je l'ai encore d'ailleurs. En fait, on ne peut pas dire qu'il était si laid que ça, mais il était lourd, assez grossier. Comme quoi, c'est un boulot qui ne s'improvise pas !

Où se situe ton atelier ?

À Biarritz, je le loue à Viral Surf, un fournisseur, propriétaire de la "Shaper House". Ces locaux permettent principalement aux novices d'apprendre les rudiments du shape. Ils louent également à une poignée d'irréductibles pros comme moi, Terry Surfboards ou Delmar. Évoluer dans ce cadre permet beaucoup d'échange et il y a toujours matière à déconner, c'est tellement mieux que de s'enfermer dans un petit atelier en tête à tête avec soi même ! Je planche tout de même sur l'ouverture de mon propre atelier prochainement... Un atelier à mon image !

D'ailleurs pourquoi Panther ?

Et bien... On me le demande souvent et je ne sais jamais vraiment quoi dire ! Il faudrait peut être que j'invente une histoire autour de ça un jour haha ! Je me souviens avoir trouvé le nom lors d'un voyage en Australie, après un trip du côté de Nimbin si vous voyez ce que je veux dire... 

Quel style de planche préfères-tu shaper ?

Tout est intéressant à shaper techniquement parlant mais je suis davantage dans le créneau du rétro moderne, voire même parfois classique. Ce qui me plaît, c'est d'adapter une planche aux besoins de son futur propriétaire : il y a tant de spécificités techniques (rails, volume, côtes, rocker...) qu'il faut appréhender comme un ensemble afin de coller aux mieux aux attentes de mes clients. On part quasiment de zéro sur chaque nouvelle planche custom et c'est cet aspect que je trouve vraiment intéressant. 

Si tu ne devais plus faire qu'un seul modèle jusqu'à la fin de ta carrière, lequel serait-il ?

Oulah, impossible de répondre ! Qui dit que je ne vais pas finir par faire des snowboards ?! Haha ! L'ensemble du travail est réalisé à la main, pas de pré-shape donc si je devais ne réaliser qu'un seul modèle jusqu'à la fin de ma carrière, que ce soit un Classic Noserider ou une Assym, ça finirait toujours par être ennuyeux !

On entend beaucoup parler de toi sur Biarritz, comment tu l'expliques ?

J'imagine que ce doit être à force de faire des planches ! Avec ma femme diplômée en marketing, on essaye de mettre toutes les chances de notre côté pour faire parler de nous, et en bien ! J'organise par exemple régulièrement des jours test les « Surf Demo Daze » en Méditerranée comme sur la Côte Ouest. J'estime que le meilleur moyen de convaincre c'est de prouver ! 

Il paraît néanmoins que tu es très doué pour les glacage style marbré et qu'on vient parfois te voir spécialement pour cette déco ?

J'ai pas mal réalisé l'effet swirls. C'est un procédé qui consiste à couler différentes résines teintées au lieu de n'en couler qu'une. On prépare plusieurs pots, puis on les mélange, sans vraiment les mélanger d'ailleurs, et c'est  Ce que j'aime c'est que chaque swirl est unique, on ne sait jamais comment la résine va couler mais par contre, ça peut très vite foirer !

Tu as déjà shapé des boards pour quelques pro ?

Je commence à faire des boards avec des ambassadeurs. On développe des modèles et on communique via leur réseau comme avec Ophelie Ah-Kouen et son copain Raphael Vidot, deux longboarders de la Réunion, mais aussi pour le photographe Rocci Semmer et le surfeur landais Maxime Bobet... Aussi, grâce à mon quiver de planches test, j'obtiens régulièrement des retours de la part de potes qui surfent bien. 

C'est beaucoup de travail de recherche en amont, pour une planche bien aboutie et adaptée : on la fait une première fois, elle est testée dans différentes conditions, on me donne des retours qui me permettent ensuite de modifier le shape initial jusqu'à obtenir une planche "parfaite"... 

Tu pars à Hawaii dans 10 jours, tu as des projets de shape là-bas ?

Je devrais normalement collaborer avec Jacob Campbell des Campbell Brothers, afin de glasser quelques planches sur place pour commencer. Je compte bien sûr développer Panther sur place, trouver de nouveaux ambassadeurs, et pourquoi pas m'implanter dans un ou deux magasins !

Un autre pays en tête ?

Mon prochain objectif, c'est de m'implanter au Japon. Surtout avec les JO qui approchent et qui proposeront pour la toute première fois une épreuve de surf ! 

La famille s'est agrandi en 2018 avec une petite fille, on peut difficilement espérer plus joli cadeau, alors que peut on te souhaiter d'autre pour 2019 ?

Faire grandir Panther à l'international et l'ouverture de l'atelier... Et ce sera déjà pas mal ! 



Pour découvrir ses planches et suivre ses actualités suivez-le sur son Instagram!
Crédit photo de l'atelier : Rocci Semmer 

 
                  
Mots clés : panther surfboards, renaud, biarritz, shapeur, shape, retro, fish, longboard, pays basque | Ce contenu a été lu 4708 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Interview | Le 30/04/2016
Rencontre avec Renaud Cardinal
Surf | Le 05/09/2019
Alors qu'un petit créneau semble se dessiner pour la fin de la semaine, tour d'horizon des conditions prévues sur le littoral français.