Pédagogie Technique - La priorité au surf, comment ça marche ?

On vous explique les rouages avec l'aide de Paul Cassagne, juge de compétition.

- @oceansurfreport -
- WSL / Justin Majeks pour la photo

Aujourd'hui, on traite de la priorité dans le surf. Une règle tacite de la discipline qui régit le line-up et terrorise les débutants imprudents, qui se font hurler dessus lors d'un take-off hasardeux en plein milieu d'une vague.

Alors si vous n'arrivez pas à prendre de vagues sans subir le courroux d'autres surfeurs ou tout simplement si vous voulez vous renseigner sur ce concept parfois flou, vous êtes au bon endroit. On vous explique les règles de la priorité en free-surf et en compétition, grâce à l'expertise du juge de compétition Paul Cassagne, 8 ans de métier.  

La règle classique

"Il y a deux types de priorité, celle qu'on utilise dans le free-surf et celle qu'on utilise en compétition", nous explique le juge. La première, celle qu'on utilise dans la vie de tous les jours est relativement simple : "La priorité classique, c'est : celui qui est le plus à l'intérieur et le plus au pic est celui qui démarre sur la vague". En gros, si vous êtes le plus proche de la zone de déferlement de la vague, vous avez la priorité sur les autres surfeurs. 

Le système de priorité relève ainsi des règles d'or du surf. Il s'agit avant tout d'une règle de vivre-ensemble et de respect de l'autre. L'application de cette dernière permet de garder l'ensemble du line-up en sécurité (on ne coupe pas la route à quelqu'un qui est lancé, on reste maître de son matériel) mais aussi une bonne ambiance à l'eau. Rien de plus frustrant que d'être bien placé, à l'approche du take-off et de découvrir à l'extérieur un imprudent (ou un égoïste) qui se lance sans la priorité sur la vague que l'océan venait de vous offrir. 

La règle des compétitions

La règle de priorité principalement utilisée en compétition est plus subtile et parfois plus litigieuse. "C'est le système utilisé dans les compétitions fédérales, à la WSL et à l'ISA" nous précise Paul Cassagne. Ce système vise à garantir une répartition équitable des vagues lors d'une série, pour que chaque compétiteur puisse partir sur les vagues de son choix.

"Imaginons qu'il y ait 4 surfeurs à l'eau. La série se lance et pour l'instant il n'y pas de systèmes de priorité particuliers. C'est la priorité classique". Chaque surfeur va donc se démener pour être le premier au pic et le plus à l'intérieur de ce dernier pour pouvoir décrocher la priorité.

La première vague prise, la règle change. "Du moment où le premier surfeur a surfé, il déclenche le système de priorité. En remontant au pic, ce dernier sera forcément 4e de priorité". Alors que les autres fonctionnent encore à l'aide du système de priorité classique, lui est désormais dernier sur la liste des priorités.


La logique s'applique ensuite pour les autres surfeurs. "Il y a ensuite un deuxième surfeur qui va prendre une vague car il est le plus à l'intérieur. Il va surfer, remonter au pic et passer 4e de priorité alors que l'autre va monter 3e."

Et ainsi de suite, jusqu'à ce que chaque surfeur de la série ait pris sa première vague. L'ordre des priorités est alors donné. "Celui qui n'a pas encore pris de vague sera premier et aura forcément la priorité sur tout le monde. Peu importe qu'il soit à l'intérieur ou à l'extérieur, il sera prioritaire sur les autres surfeurs."

À noter : si le surfeur ayant la priorité choisit de ne pas ramer sur une vague, les autres surfeurs peuvent la surfer. Cela ne représente pas une infraction à la règle puisqu'ils n'auront pas gêné le surfeur prioritaire. 

De lourdes pénalités

Alors oui, on vous l'accorde, il faut bien suivre pour s'imprégner de cette règle et la comprendre pleinement. Mais c'est nécessaire, quand on voit l'importance et l'impact qu'elle peut avoir sur le cours d'une compétition. Tellement que sur les 7 juges et le chef juge qui composent le staff dans la tour de jugement, deux sont spécialisés dans la priorité. 

"C'est hyper important la priorité et c'est souvent là où il y a le plus de situations litigieuses dans les panels de jugement en compétition. C'est donc là où il faut être le plus vigilant et rigoureux. Surtout que ça pèse beaucoup sur les résultats d'une compet', si tu fais une interférence de priorité tu ne seras noté que sur une seule vague." ajoute le juge français.

On a pu voir que dans certaines compétitions, cette règle change le cours de l'événement. C'était le cas pas plus tard qu'hier au Hurley Pro Sunset Beach pour Ezekiel Lau, qui n'est pas passé au tour suivant à cause d'une interférence qui a fait des vagues sur Rio Waida. 

Au-delà des pénalités possibles, "jouer avec les priorités c'est devenu une technique" nous explique Paul. "La priorité c'est purement de la stratégie." On le voit au haut-niveau : en fin de heat avec une série entrante, celui qui a la priorité a un fort avantage sur son adversaire : s'il lui manque un score, il a le loisir de choisir la vague qui lui permettra de l'atteindre. À l'inverse s'il veut empêcher son adversaire de faire un score, il a la possibilité de l'empêcher de prendre la meilleure vague, la gardant pour lui.

 
Mots clés : priorité, free surf, compétitions, mode d'emploi, juge, paul cassagne | Ce contenu a été lu 4286 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs