Surf - Retrouvez en intégralité tous les épisodes de la série ''Weird Waves''

"Le beau est toujours bizarre", disait Charles Baudelaire. Vraiment ?

- @oceansurfreport -

On l'a vu tout surfer : les Grands Lacs des États-Unis, les vagues de rivières dans le midwest américain et en Allemagne, le mascaret de Severn au Royaume-Uni... "As-tu fait des sessions dans l'océan cette année ?", questionnait même Harry Bryant à Dylan Graves, avant de surfer ensemble la vague statique sein du Zambèze, un fleuve d'Afrique australe. À l'occasion d'une nouvelle saison de sa série "Weird Waves", Dylan est parti aux quatre coins du monde à la recherche de vagues "bizarres". Voici l'intégralité des épisodes :

Épisode 1 : Surfer une vague créée par l'effondrement d'un glacier


Pour la nouvelle saison de "Weird Waves", la série qui met en scène le Portoricain dans les vagues les plus étonnantes au monde, Dylan Graves a vu les choses en grand. Un voyage en Alaska plus tard et le collectif de surfeurs découvrait la plus longue vague d'Amérique, le mascaret de Turnagain Arm situé à moins d'une heure d'Anchorage.

Une sorte de mise en jambes avant d'ajouter une difficulté supplémentaire à leur activité, comme l'avaient fait Garrett McNamara et Kealii Mamala en 2013 : partir sur des ondes provoquées par la chute des blocs de glace dans la mer, près d'un glacier haut de plusieurs dizaines de mètres. Une expérience riche en exploration, même si elle pose quelques questions éthiques.

Épisode 2 : Un voyage dans le temps à Lagos au Nigéria


Dylan Graves l'avoue d'entrée : "Ce n'est certainement pas la vague la plus bizarre que j'ai surfé." Mais dans le deuxième épisode de sa série "Weird Waves", le Portoricain met l'accent sur une autre richesse. Cette fois-ci, pas de mascaret, ni de vague créée par l'effondrement d'un glacier ou une onde statique engendrée par le courant d'une rivière, mais une magnifique droite qui se brise sur le sable.

Les particularités du spot tiennent dans les caractéristiques architecturales et sociales de la région. C'est à Tarkwa Beach, une île artificielle construite dans les années 1960 pour protéger le port de Lagos (l'un des plus grands d'Afrique et le principal centre industriel et commercial nigérian), que Dylan Graves et Dane Gudauskas ont pris leurs quartiers. Si elles sont géographiquement proches, les localités de Lagos et de Tarkwa Beach sont aux antipodes. Tout oppose l'ancienne capitale du Nigéria et plus grande ville du continent africain à la petite cité seulement accessible par bateau ou bateau-taxi. 

Dylan a donc bien choisi l'endroit, lui qui souhaite mettre en lumière des régions uniques et des communautés de surfeurs originales. Quoi de mieux qu'une vague magnifique déferlant sur une île artificielle et dans un pays où le surf reste une pratique encore largement confidentielle ? Au cours de leur périple, les deux hommes ont ainsi découvert la culture surf nigérienne. Rencontré les personnes qui souhaitent développer la pratique, à l'instar de Fawe Adewale, le président de la Fédération nigériane de surf ou encore John Micheletti, l'un des meilleurs surfeurs nigériens, qui a endossé le rôle de mentor pour des jeunes surfeurs locaux qui eux, passent la majeure partie de leur temps à l'eau, partagent des vagues et se poussent les uns les autres.

Épisode 3 : Surfer une vague provoquée par le passage d'un ferry


Barreiro, c'est devenu un rendez-vous quotidien qui, à l'image d'un mascaret, est calculé à la minute près. Mais contrairement à l'onde lunaire qui remonte les fleuves lors des grandes marées, cette vague connaît un cadence de déferlement régulier, puisqu'elle est provoquée par le passage du ferry qui relie la petite cité portugaise à la capitale de Lisbonne, au sein du fleuve Tage. Et Dylan Graves en a fait sa toute dernière destination à l'occasion d'un nouvel épisode de sa série "Weird Waves".

Le Portoricain est ainsi allé à la rencontre de Ricardo Carrajola, le président de l'association "Gasoline" et pionnier de la vague éponyme, qui lui a ainsi raconté l'histoire de ce spot pas comme les autres. Il y a un peu plus de quinze ans, la région de Lisbonne a développé son réseau de ferrys pour améliorer la qualité des services de transport en commun entre les quartiers résidentiels du sud de Lisbonne. Et depuis, lorsque le sillage de ces bateaux rencontrent les bancs de sable du Tage, une vague se forme.

Épisode 4 : Surfer une vague créée par l'Homme


Vous l'aurez compris, Dylan nous emmène en surf trip artificiel. "Futur du surf" ou "mort de l'esprit surf", les piscines à vagues sont sûrement le sujet le plus controversé dans le monde du surf actuel. Ce tour du monde aura donc permis au Portoricain de se faire un avis. De la vague artificielle de Sunway Lagoon en Malaisie (construit en 1997) à la rampe moderne de Waco (2018) pour finir auPalm Springs Surf Club. Cet épisode nous aide à mieux comprendre le fonctionnement et les enjeux de ce nouveau type de vague, et avant tout de voir Dylan Graves s'envoler sur des rampes chlorées. En guest, sans aucun doute, certains des meilleurs free surfeurs mondiaux comme Michael FebruaryDane ReynoldsJosh Kerr ou encore Matt Meola.

Réalisation : Vans
 
Mots clés : weird waves, dylan graves, vans, vagues artificielles, glacier, ferry, lagos, portugal, nigeria, alaska | Ce contenu a été lu 8243 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 20/02/2020
Le Portoricain sait (aussi) surfer dans l'océan.
Surf | Le 16/01/2020
Les particularités du spot tiennent dans les caractéristiques architecturales et sociales de la région.