Surf - SlowMocean : au coeur de la barbarie des slabs sud-africains

"Les bodyboardeurs ont apprivoisé les slabs pendant des années, et seuls quelques surfeurs courageux ont donné un coup de pouce."

- @oceansurfreport -
Assimiler l'Afrique du Sud à ses interminables points-breaks, aussi merveilleux soient-ils, serait minimiser son potentiel. Et Michael Veltman est bien décidé à le prouver. Dans le deuxième épisode de Slowmocean, le caméraman 22 ans et originaire de Cape Town s'est focalisé sur les slabs qui peuplent la Nation arc-en-ciel.

"Les bodyboardeurs trouvent les meilleurs noms pour les slabs : Kokkerot, Thick Lip, The Devil's Horn Tand... Ils les nomment parce qu'ils sont les premiers à trouver ces vagues massives, des pionniers bien avant les surfeurs. Il y a pourtant quelque chose d'énigmatique et même d'inquiétant dans la partie ouest de l'Afrique du Sud", souligne Alan Van Gysen, légendaire photographe sud-africain.

Et au réalisateur Michael Veltman d'ajouter : "Quand on pense au surf sud-africain, on songe souvent aux longs points-breaks de J-Bay, Transkei ou la South Coast. Et les slabs ne viennent que rarement à l'esprit. Les bodyboardeurs ont apprivoisé cet endroit pendant des années, et seuls quelques surfeurs courageux ont donné un coup de pouce. Mon but dans cet vidéo était de mettre l'accent sur l'engagement et la bravoure de ce petit groupe de surfeurs, qui à la fois choppent des bombe et reçoivent des gifles monumentales."

>> Réalisation : Michael Veltman feat. Zag.TV

     
Mots clés : slab, slabs, afrique du sud, south africa, surf | Ce contenu a été lu 4181 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Surf | Le 15/11/2019
Les slabs peuvent se révéler divins lorsque les astres s'alignent, mais demeurent encore et toujours une science incertaine.
Surf | Le 13/09/2019
Au-delà du potentiel des spots qui entourent la ville, le réalisateur a souhaité mettre l'accent sur le côté humain.