SUP - La pêche en stand up paddle : une pratique qui se développe

- @oceansurfreport -

Encore embryonnaire il y a quelques années, la pêche en stand up paddle commence à prendre ses marques et se développe petit à petit sur le littoral atlantique et le pourtour méditerranéen. Voici quelques conseils avec Fiiish si vous aussi vous êtes tentés :

1 - Bien choisir sa board

La difficulté de la pêche en stand up paddle c'est de rester concentré sur sa pêche tout en gérant le roulis de la planche. Pour cela une board offrant une largeur minimum de 34 pouces avec des extrémités très larges améliorant la stabilité sont à privilégier. La longueur de la planche est également à ne pas négliger : plus votre planche sera longue, meilleure sera la glisse, elle sera cependant plus dure à manipuler, une 12.6 étant le compromis idéal.

Une planche avec un maximum de points de fixations pour y attacher et sécuriser tout votre matériel est indispensable, il existe des moyens de fixations très simples, astucieux et économiques chez Railblaza par exemple.

Rigide ou gonflable ?

La planche rigide a le gros avantage d'avoir une qualité de glisse nettement supérieure à une planche gonflable, la dépense d'énergie sera moins importante et permettra de prospecter des spots plus éloignés. On peut également y fixer d'avantages d'accessoires et sa mise à l'eau est très rapide. Attention, en cas d'abordage ou de chocs, ça laisse des traces...

Les gros atouts d'une planche gonflable sont sa facilité de transport ainsi que sa résistance aux accrochages. Les zones encombrées de pieux de moules ou les parcs à huîtres seront à prospecter plus sereinement. Forcément, sa glisse sera moins qualitative et il ne faudra pas lésiner sur les efforts.

Pour conclure : le surfeur habitué à charger une planche rigide sur le toit de son véhicule et pêchant pleine eau optera pour une planche rigide, pour les autres ayant peu de place pour le stockage, et pêchant dans des zones hostiles, ils se tourneront vers des planches gonflables.

Le choix de votre pagaie est prendre très sérieusement en compte, tout simplement car ce sont vos petits (ou gros) bras qui vont vous faire avancer. Privilégiez des modèles réglables, en un seul ou deux éléments, avec au minimum 20% carbone pour éviter de se fatiguer trop rapidement. Le haut de gamme est à proscrire, soyons honnête : en sup fishing, le matériel est très sollicité...

Dernier conseil : oubliez les pagaies fournies d'origine avec les sups gonflables, elles manquent cruellement de rigidité et vous allez vous fatiguer rapidement.


2 - Le type de spots à aborder : parcs à huitre, bord de côte, plage, baïnes

Les spots à aborder ne sont pas bien différents des pêches du bord ou en bateau, le gros avantage étant de n'avoir besoin que de 30 centimètres d'eau pour passer. Selon les saisons et les régions, la prospection se fera en fonction des habitudes alimentaires du poisson recherché. Les parcs à huîtres, les courants entre les têtes de roches, et veines de courant restent les options les plus payantes. N'y passer pas sans jeter un leurre. Et si vous avez la chance lors de vos sessions surf de voir des chasses de bars, bonites ou maquereaux, ça vaut toujours le coup de peigner la zone derrière les rouleaux à l'heure du coucher de soleil.

3 - Les espèces visées : bar, lieu, maquereau etc.

Il n'y a aucune limite quant aux espèces recherchées, que ce soit le maquereau en pêche light, le bar en prospection sur les bordures, ou le lieu plus au large, à vous de choisir. Le panel d'espèces est très varié et il y a de quoi s'amuser. Quand on voit que chez les américains certains s'attaquent à des Mérou ou autres pêches fortes qui déménagent, il n'y a pas de limite si vous la jouez sécurité !

4 - Le matériel de pêche

Tout comme la pêche en kayak, privilégiez du matériel léger et polyvalent permettant d'utiliser différents grammages et styles de leurres.
- CANNE
- Environ 2,00m de puissance ML (Medium Light - 5-20g)
ou M (Medium - 10-30g)
- MOULINET
- Taille 2000 ou 2500
- LIGNE
- Résistance 10/15 kg
- Diamètre 0,1/0,15 mm

Il existe chez Fiiish, concepteur français de matériel de pêche, la gamme Perfect Link qui vous permettra d'obtenir la combinaison parfaite entre votre tresse, fluorocarbon et agrafe. Les résistances de ligne ont un packaging de couleur différente en fonction de votre programme (Light, Médium, Strong, XStrong).
Pour la pêche en SUP, on optera pour une résistance Light voir Médium.


- LEURRES
Étant donné que les profondeurs que vous allez prospecter ne sont pas très profondes, vos leurres n'auront pas besoin d'être très plombés. Des grammages allant de 5 à 25g pour des tailles de 7 à 15cm sont le compromis idéal. Nos recommandations chez Fiiish : 

Black Minnow 7 à 12cm - 5 à 25g


Crazy Sand Eel 10 à 15cm - 5 à 20g

Powertail Action Fast ou X-Fast

Optez pour des coloris naturels tels que Kaki, Or, bleu, sardine...

Un ou deux leurres de surface, tel que Asturie de chez Xorus (9 ou 11cm), ne seront pas de trop

Pour emporter votre matériel, on voit de tout, et c'est bien là les limites de la pêche en SUP. Il existe peu de matériel dédié et de la glacière bricolée au panier en plastique en passant par le bac à légumes du frigo, nous ne pouvons que vous conseiller l'achat d'un bakkan permettant de stocker son matériel au sec, de plus il est facile de pouvoir fixer des tubes porte cannes en PVC.


Plus qu'à fixer tout ça sur votre SUP via des sangles basiques et let's go...

Pour limiter vos dérives, l'usage d'une ancre flottante est fortement conseillé, rien de mieux pour diminuer la vitesse de votre dérive due au vent ou au courant. Il suffit de la placer à un point de fixation de votre planche en prenant garde à la placer du bon côté en fonction de votre dérive.

5 - La sécurité : les points à ne pas négliger

Bien entendu le port du gilet est obligatoire, les modèles à gonflage par cartouches de Co2 sont discrets, légers, faciles à porter et ne gêne aucunement vos mouvements de pêche.

Emportez toujours une corde de 3/4m, cela vous permettra de vous amarrer à une bouée ou autre en cas de dérive trop importante, d'incident ou bien même vous reposer un peu sans avoir à retourner sur le rivage.

Prévenez vos proches de votre heure de fin de pêche et du lieu choisi, prenez votre téléphone portable dans une pochette étanche et ne négligez surtout pas le port du leash à la cheville. Vous pouvez être sûr qu'en cas de chute, un sup à la dérive vous bat forcément au 100m nage libre.


      
Mots clés : pêche, stand up paddle, fiiish | Ce contenu a été lu 15749 fois.
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
   SURF SHOP
Surf Shop
Jeu Concours
Paradis Plage
Gagnez un séjour au Maroc !