Environnement - ''The Drop'' : Surfrider Europe dénonce l'omniprésence de la pollution par les microplastiques

"Il y a 500 fois plus de microplastiques dans notre océan qu'il n'y a d'étoiles dans la galaxie.''

- @oceansurfreport -


 Le message est clair, concis et précis. À travers une réalisation intitulée "The Drop", Surfrider Foundation Europe et ses partenaires de Rethink Plastic Alliance appellent l'Union Européenne à interdire dès que possible et avec la même ambition, tous les microplastiques ajoutés intentionnellement à nos produits du quotidien. "Peintures, détergents, cosmétiques et tous les autres produits qui aggravent la pollution plastique de l'Océan", poursuit ONG environnementale créée en 1990. En faisant appel aux regards de Vincent Kardasik et Chris Bryan et à leurs caméras haute technologie, le réalisateur français et producteur de cinéma multi-primé Paul Mignot a vu les choses en grand. Agir sur la forme pour appuyer le fond.

"Les microplastiques sont une source de pollution incontrôlable : ils représentent aujourd'hui une pollution sans précédent qui se traduit par un millier de milliards de particules dans l'océan. Une fois libérés dans l'environnement, les microplastiques sont pratiquement impossibles à éliminer et restent présents pendant des centaines, voire des milliers d'années, avec des effets néfastes graves sur l'océan et la vie marine. Ils se répandent dans l'environnement, sont ingérés par la faune marine et finissent par se retrouver dans nos assiettes, ce qui suscite de graves préoccupations pour notre santé", argumente l'antenne européenne de Surfrider.

Car les microplastiques sont omniprésents dans notre quotidien : le maquillage, les détergents, la bière et l'eau, les fruits et légumes. Finalement, ils apparaissent dans presque tous les milieux naturels : dans les neiges Arctiques, des sommets des Alpes à la fosse des Mariannes, ou même et dans l'air que nous respirons.

"Il y a 500 fois plus de microplastiques dans notre océan qu'il n'y a d'étoiles dans la galaxie. On estime que 51 billions de particules de plastique mettent en danger la santé de l'homme et de l'océan." Les plus faciles à prévenir étant celles qui sont ajoutées intentionnellement à nos produits cosmétiques nos soins de santé, l'ONG demande à l'UE d'interdire cette pollution évitable.

Réalisation : Paul Mignot avec Vincent Kardasik et Chris Bryan

 
Envoyez-nous vos photos, vidéos, actualités à l'adresse suivante
contact@surf-report.com
Articles relatifs
Environnement | Le 24/06/2020
En 1990, c'est un constat, suivie d'un premier événement, d'une première démarche, qui ont mené l'ONG là où elle est aujourd'hui.